wikifr.info

Portail:Politique en Espagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre

Portail de la politique en Espagne

Il y a actuellement 3 464 articles liés au portail.

Introduction
Façade du Congrès des députés.

L'Espagne est une monarchie constitutionnelle à régime parlementaire dans laquelle le roi est le chef de l'État et le président du gouvernement le chef de gouvernement. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement. Le pouvoir législatif appartient aux Cortes Generales, composé du Congrès des députés élu et du Sénat élu et désigné. Le Tribunal suprême est la plus haute juridiction du pays.

L'actuelle constitution de l'Espagne a été approuvée par le Parlement le puis ratifiée par référendum le . Elle est entrée en vigueur le .

Depuis les années 1980, l'Espagne a engagé un processus de transfert des compétences de l'État central vers ses communautés autonomes ; processus qui n'est pas encore achevé.

L'Espagne est un pays multipartite dans lequel deux partis principaux alternent au pouvoir depuis 1982 : le Parti populaire et le Parti socialiste ouvrier espagnol. Le scrutin proportionnel tend à favoriser l'un ou l'autre des principaux partis mais permet l'éclatement des forces politiques au Parlement. Les élections générales ont lieu au maximum tous les quatre ans.

Scrutins récents
Dernière procédure électorale Prochaine procédure électorale
Flag of the Basque Country.svg Flag of Galicia.svg Flag of Catalonia.svg
6 mois et 30 jours depuis les élections basques et galiciennes. 3 jours avant les élections catalanes.
Notions
Évènements
Communautés autonomes
Drapeau de la communauté autonome.

La communauté autonome du Pays basque (appelée aussi Euskadi) ou la Communauté autonome basque est l'une des 17 Communautés autonomes de l'Espagne, une des trois autonomies historiques reconnues par le gouvernement espagnol en 1979 avec la Catalogne et la Galice, et composée de 3 provinces historiques basques: l'Alava, la Biscaye et le Guipuscoa.

Elle est située dans le nord de l'Espagne et dispose d'une autonomie certaine dans plusieurs domaines : fiscalité (tous les impôts sont levés par l'administration fiscale basque qui reverse 5 % des impôts à l'Espagne), enseignement, police (police autonome Ertzaintza), soins de santé Osakidetza, etc. La capitale de la communauté est Vitoria-Gasteiz (province d'Alava).

Le nom en basque est Euskal Autonomia Erkidegoa et en espagnol il s'agit de la Comunidad Autónoma del País Vasco.

Lire la suite
Citation
Left pointing double angle quotation mark sh3.svg
Le futur du peuple n'est pas écrit car seul le peuple peut l'écrire.
Right pointing double angle quotation mark sh3.svg Adolfo Suárez, en 1976.
Élections et partis politiques
Drapeau de l'Espagne. 1 an, 3 mois et 1 jour depuis les élections générales.

Lors des dernières élections générales, le , le Parti socialiste ouvrier espagnol a remporté un total de 120 sièges sur les 350 du Congrès des députés, devançant le Parti populaire. Avec 52 élus, le parti d'extrême droite Vox devient la troisième force politique du pays, tandis que Ciudadanos s'effondre avec à peine 10 députés.

Sièges au Congrès des députés à l'issue des élections de novembre 2019.

Drapeau de l'Espagne Partis politiques nationaux :

Partis politiques régionaux :

Drapeau de l’Union européenne Élections européennes (dernières élections en 2019)

Institutions
Un article au hasard
Nous vous proposons de lire au hasard l'article :

« Joan Majó »

Vous pouvez aussi retenter votre chance.
Lumière sur une personnalité historique
Portrait de la personnalité évoquée.

Pedro Sánchez Pérez-Castejón est un homme d'État espagnol, né le à Madrid. Membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), il est président du gouvernement depuis le .

Formé en économie à l'université complutense de Madrid, il travaille comme assistant parlementaire au Parlement européen en , puis en tant que chef de cabinet du Haut représentant international en Bosnie-Herzégovine en . Il fait partie en de l'équipe du futur numéro deux du PSOE, José Blanco, et devient par la suite un conseiller économique du parti.

Il se présente aux élections municipales à Madrid en , mais il doit attendre pour entrer au conseil municipal. Il est réélu en et devient en député, à la faveur de la démission de Pedro Solbes. Il occupe alors des fonctions de second plan. Il échoue à conserver son siège en , mais le retrouve en après que Cristina Narbona a quitté le Congrès.

À l'occasion des primaires du PSOE pour son congrès extraordinaire de , il est élu secrétaire général avec plus de 48 % des voix. Après que les socialistes ont réalisé aux élections de leur pire score depuis , il tente sans succès de se faire investir président du gouvernement avec le soutien de Ciudadanos.

En conséquence des échecs socialistes aux élections législatives anticipées, en Galice et au Pays basque à l'été , il est mis en minorité par les cadres du PSOE. Il démissionne du secrétariat général, puis de son mandat de député afin de ne pas s'abstenir lors du vote de confiance de Mariano Rajoy. À l'occasion des primaires du 39e congrès socialiste, il est réélu secrétaire général face à Susana Díaz avec 50,3 % des voix.

Il est assermenté président du gouvernement en , après avoir fait voter une motion de censure contre Mariano Rajoy, puis forme le cabinet le plus féminisé de l'histoire. Il annonce huit mois plus tard la tenue d'élections anticipées en , après que le Congrès a rejeté son projet de loi de finances. Le scrutin voit le PSOE remporter la majorité relative au Congrès, signant sa première victoire nationale depuis 2008. Les difficiles négociations avec Unidas Podemos, qui souhaite participer au gouvernement, bloquent son investiture en juillet 2019.

À la suite de ce blocage de nouvelles élections sont convoquées en novembre. De nouveau en tête mais en léger recul lors de ce scrutin marqué par la percée de l'extrême droite, le PSOE conclut un accord de principe pour gouverner avec Podemos. Un mois après le scrutin, le monarque le propose pour la troisième fois depuis 2016 comme candidat à l'investiture du Congrès. Il remporte début janvier 2020 la confiance des députés par deux voix d'avance, bénéficiant notamment de l'abstention des indépendantistes catalans d'ERC.

Lire la suite
Des élections marquantes
Carte des élections.

Les élections générales espagnoles de 1977 (en espagnol : Elecciones generales de España de 1977) se sont tenues le mercredi dans le but d'élire les 350 membres du Congrès des députés et les 207 membres du Sénat de la législature constituante. Ce sont les premières élections générales depuis les précédentes élections de 1936.

Le scrutin voit l'Union du centre démocratique, coalition de différents parti, remporter une majorité relative de 165 sièges avec 34,44 % des suffrages exprimés. Le Parti socialiste ouvrier espagnol du jeune avocat Felipe González réalise un triomphe en terminant deuxième avec 118 sièges et se convertissant en premier parti d'opposition devant le Parti communiste d'Espagne réduit à 20 sièges.

En conséquence, le roi Juan Carlos Ier confirme Adolfo Suárez à son poste de président du gouvernement. Ce dernier forme alors son deuxième gouvernement, le premier reposant sur une majorité démocratique depuis plus de quarante ans.

Lire la suite
Portails connexes
Projets Wikimédia associés
Sur les autres projets Wikimedia
Lien vers Wikimedia Commons

Wikimedia Commons
(Ressources multimédia)
Politique en Espagne


Lien vers Wikinews

Wikinews
(Actualités)
Politique en Espagne

What is wikifr.info Wiki est la principale source d'information sur Internet. Il est ouvert à tout utilisateur. Un wiki est une bibliothèque publique et multilingue.

La base de cette page est sur Wikipedia. Texte disponible sous CC BY-SA 3.0 Unported License.

Wikipedia® est une marque déposée de Wikimedia Foundation, Inc., une organisation à but non lucratif. wikifr.info est une société indépendante et non affiliée à la Wikimedia Foundation.

E-mail: ivanovalik@yahoo.com