wikifr.info

Papyrus Edwin Smith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Planches vi et vii du papyrus Edwin Smith, conservé dans la pièce des livres rares de l’académie de médecine de New York. Les planches montrées ici traitent des traumatismes faciaux.

Le papyrus Edwin Smith est le plus ancien document connu traitant de chirurgie. Il fut rédigé, ou plus probablement recopié, vers 1500 avant notre ère, sous les XVIe et XVIIe dynasties, à la Deuxième Période intermédiaire de l’Égypte antique[1]. Il s'agit principalement d'un traité de chirurgie de guerre décrivant quarante-huit sortes de blessures, fractures, luxations ou tumeurs et leur traitement.

À la différence d'autres traités de la même époque ou même plus tardifs, ce texte est parfois présenté comme une approche rationnelle et « scientifique » de la médecine où la magie n'est guère présente.

Découverte et importance

Le papyrus Edwin Smith est le plus célèbre papyrus médical de l'Égypte antique, avec le papyrus Ebers. Il est à peu près certain que ces deux papyrus font partie d'une seule trouvaille clandestine. Il s'agirait d'une petite bibliothèque (caisse contenant des lots de manuscrits) qui aurait aussi contenu le papyrus mathématique Rhind[2].

Les deux papyrus médicaux furent achetés à un revendeur par le collectionneur Edwin Smith à Thèbes en 1862. Le lot proviendrait des magasins du Ramesséum. Edwin Smith garda pour lui le manuscrit qui porte son nom et revendit l'autre à Georg Ebers qui le publia en 1875. Après la mort de Smith, survenue en 1906, sa fille fit don du papyrus Edwin Smith à la New-York Historical Society, où il fut conservé pour être ensuite traduit et publié en 1930 par l'égyptologue James Henry Breasted[2],[3].

La publication de Breasted de 1930 est somptueuse. Elle comporte deux volumes : le premier est un livre de planches, facsimilé photographique du papyrus avec sur chaque page en regard sa transcription en hiéroglyphes, le second est un fort volume contenant la traduction anglaise avec commentaires et glossaire[3].

En 1936, le papyrus Smith est placé en dépôt au Musée de Brooklyn et en 1948 remis à la bibliothèque de l'Académie de médecine de New-York[4].

Hiéroglyphe désignant le « cerveau » ou « moelle du crâne ».

Le papyrus Ebers reste le plus important pour comprendre la pensée médicale de l'Égypte antique, car sans lui on ne pourrait en avoir une vision cohérente. Selon Bardinet, on ne peut en dire autant du papyrus Smith qui reste un traité chirurgical. Il s'agit du premier traité connu de blessures de guerre, donc d'un abord direct et plus pragmatique au regard moderne[2]. Malgré l'emploi de quelques mots obscurs ou ambigus, son approche est plus facile, posant moins de problèmes pour l'interprétation moderne (diagnostic rétrospectif)[5].

C'est aussi le tout premier document écrit utilisant le mot « cerveau » (

What is wikifr.info Wiki est la principale source d'information sur Internet. Il est ouvert à tout utilisateur. Un wiki est une bibliothèque publique et multilingue.

La base de cette page est sur Wikipedia. Texte disponible sous CC BY-SA 3.0 Unported License.

Wikipedia® est une marque déposée de Wikimedia Foundation, Inc., une organisation à but non lucratif. wikifr.info est une société indépendante et non affiliée à la Wikimedia Foundation.

E-mail: ivanovalik@yahoo.com