wikifr.info

Kiger Mustang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre

Kiger Mustang
Groupe de Kiger Mustang
Groupe de Kiger Mustang
Région d’origine
Région Drapeau de l'Oregon Oregon, États-Unis
Région d'élevage Amérique du Nord, Europe (Allemagne)
Caractéristiques
Morphologie cheval sauvage
Registre généalogique oui
Taille 1,42 m à 1,52 m
Poids 318 à 378 kg
Robe Gène Dun systématique (bai dun ou noir dun)
Tête Petite, profil rectiligne ou légèrement convexe
Pieds Très solides ; corne noire
Caractère Vif et courageux
Autre
Utilisation Travail du bétail, randonnée équestre

Le Kiger Mustang (en français : Mustang de Kiger) est une lignée du cheval féral d'Amérique du Nord nommé Mustang, provenant de l'Oregon, aux États-Unis. Il est très proche des chevaux importés par les colons européens au XVIIe siècle. Les premiers chevaux présentant une conformation et des caractéristiques spécifiques ont été nommés ainsi en 1977 ; le nom de Kiger Mustang s'est ensuite transmis à leurs descendants.

La conformation du Kiger Mustang rappelle les chevaux ibériques primitifs, avec une robe généralement bai dun (également appelée isabelle en France) ou souris, bien que les couleurs plus classiques du cheval soient aussi représentées. Leur apparence compacte et musclée, leur couleur et leur phénotype font de ces Mustangs certains des chevaux les plus recherchés par des acheteurs privés quand des individus sont prélevés des hardes de Mustang sauvages par le Bureau of Land Management (BLM). Le BLM capture des chevaux dans les deux zones d'établissement du Kiger Mustang trois à quatre fois par an, et vend les individus excédentaires au public, renvoyant les chevaux qui correspondent à la coloration et au phénotype souhaités sur leurs terres d'origine, en échangeant parfois des chevaux entre les deux troupeaux pour maintenir la diversité génétique. Les chevaux en propriété privée peuvent être enregistrés dans plusieurs associations de race, la plus importante et la plus ancienne étant l'association Kiger Mesteño, créée en 1988.

La renommée de cette population de Mustang s'est fortement accrue à partir de 2002, grâce au film d'animation Spirit, l'étalon des plaines.

Dénomination

Généralement, le nom de « Kiger Mustang » (« Mustang (de) Kiger ») est appliqué aux chevaux sauvages gérés par le Bureau of Land Management (BLM) dans deux zones du sud-est de l'Oregon, et celui de « Kiger Horse » (cheval Kiger) aux animaux domestiques détenus par des particuliers, descendants de cette population sauvage[1]. Le BLM considère en effet qu'un cheval qui n'est pas né en liberté n'est pas un Mustang[1].

Le nom se prononce « Kie'-grr » Écouter[2]. Un synonyme est « Kiger Mesteño », le nom « Riger » est en revanche erroné[3].

Histoire

Cheval gris et noir vu de profil.
Ciente, jument Kiger Mustang de robe souris, à la Ravenseyrie Sorraia Mustang Preserve sur l'île Manitoulin, Ontario, Canada.

Le mélange entre les différents chevaux perdus par les colons américains a été nommé « Mustang »[4],[5]. Des chevaux de trait se sont mêlés aux chevaux coloniaux originels[6],[5]. Dans les années 1970, il a été supposé qu'en raison de trop nombreux croisements, les premiers chevaux coloniaux, de type espagnol, avaient définitivement disparu[7],[5].

Découverte

Ces chevaux sont d'abord évoqués par une rumeur et une tradition orale, sous le nom de « Oreana », issu de leur raie de mulet bien visible[2].

En 1971, le BLM entreprend une action de comptage des hardes de Mustang[7], et repère un type particulier de Mustang lors d'un round-up dans l'Oregon[8]. Un nouveau round-up est mené en 1976, permettant de capturer un étalon et six juments de robe inhabituelle et de bonne conformation[9]. En , l'employé du BLM Ron Harding[10],[11] identifie un groupe de chevaux avec ces mêmes caractéristiques (robe exprimant le gène Dun, zébrures aux membres et morphologie ibérique) dans la Kiger Gorge, au sud-est de l'Oregon[7],[11]. La harde est au total composée de 27 animaux[7],[10] d'une homogénéïté remarquable[2].

Il est présumé que le Kiger Mustang soit le descendant direct d'animaux importés par les Conquistadors espagnols[2]. Pour empêcher une disparition éventuelle de cette population en cas de catastrophe naturelle[12], en 1979, le BLM sépare la harde en deux, envoyant sept ou huit chevaux dans les montagnes Riddle[12], au Nord de la Kiger Gorge[13]. Les autres chevaux restent dans leur biotope originel, dans ce qui devient connu comme la Kiger Herd Management Area[13]. La capacité d'accueil de ce biotope est alors estimée à 20 à 30 têtes[14]. À l'origine, un plan de gestion différencié est mis en place, les chevaux de robe bai dun et noir dun (souris) étant placés dans un groupe, ceux avec des raies de mulet et des marques noires aux oreilles dans l'autre[14].

Mobilisation associative

La Kiger Mesteño Association est créée en 1988 pour aider à la préservation de cette population[11],[10], avec l'aide de Ron Harding[15]. Elle ouvre son stud-book (registre généalogique) la même année[3],[16].

Le plan de gestion est modifié à la fin des années 1980 afin de permettre une homogénéité entre les chevaux de la Kiger Gorge et ceux des montagnes Riddle[14]. En 1988, deux juments de robe dun, issues de la harde voisine de Sheepshead, sont ajoutées à la population du Kiger Mustang, mais aucun croisement extérieur n'a eu lieu depuis, d'après les officiels du BLM[17]. En 1995, 1 358 personnes se présentent pour obtenir à l'adoption l'un des 83 Kiger proposés à la vente[18]. Le Steens Kiger Mustang Registry est créé en 1996[18]. En 1999, un prix record de 19 000 dollars est atteint par une pouliche Kiger, ce qui attire l'attention d'Associated Press, car il s'agit du plus haut prix jamais payé pour un Mustang[19],[20],[21].

En 2015, une controverse oppose des citoyens américains aux officiels du BLM, sur fond d'accusation de vouloir capitaliser sur la valeur économique du Kiger Mustang, en capturant de trop nombreux chevaux pour les vendre, et en ne gardant qu'un petit nombre d'animaux aux caractéristiques définies, au risque d'appauvrir leur diversité génétique[22].

Description

Tête d'un cheval vu de profil, dans son box.
Tête d'un Kiger Mustang.

Le Kiger Mustang présente nettement des caractéristiques ibériques[2], notamment la conformation typique du cheval ibérique primitif[23]. Il montre une convergence avec la race portugaise du Sorraia[4]. Il semble avoir conservé ce type grâce à l'isolement de son biotope[12]. La taille moyenne, tant d'après Judith Dutson, que selon Bonnie Lou Hendricks (université de l'Oklahoma) et CAB International (CABI), est de 1,42 m à 1,52 m[4],[5],[24]. Le registre Steen's Mountain Kiger demande une taille de 1,44 m à 1,52 m[24].

Le poids est d'environ 318 à 378 kg[10].

Morphologie

La conformation recherchée par la Kiger Mesteňo Association (KMA) est celle d'un bon cheval de selle[25]. L'apparence générale est compacte, légère à modérément musclée[25]. La morphologie de la race a évolué avec la sélection, vers un cheval plus grand, au profil de tête moins convexe, voire sans convexité[24].

La tête, recherchée petite[23] à moyenne[25], est de profil rectiligne ou légèrement convexe[23],[10]. Les yeux sont placés haut sur la tête, et présentent une forme d'amande[23],[10]. Les oreilles sont petites à moyennes, et incurvées vers l'intérieur[23],[25],[10]. L'encolure est musclée et arquée, avec une attache de gorge nette[23],[10]. La poitrine est étroite et profonde, les épaules sont musclées[23]. Le garrot est long et sorti[23],[10]. Le dos est court, la croupe légèrement inclinée, avec une queue attachée bas[23]. Les jambes sont longues et fines, avec des articulations solides[23], des canons courts à moyens, et plats[26]. Les pieds sont extrêmement solides, avec une corne noire[23].

Robe

Têtes de trois chevaux de couleurs variées.
Groupe d'étalons Kiger Mustang portant des robes variées : souris (noir dun) au centre, bai dun à droite, et noir ou bai-brun à gauche, avec une marque blanche en-tête.

La robe exprime très souvent le gène Dun, le plus souvent sous la forme du bai dun ou du noir dun (ou souris)[4],[2],[27]. Les autres expressions de ce gène, notamment l'alezan dun, sont possibles bien que moins fréquentes[27]. Les robes de base bai et noir sont représentées[27], de même que le rouan, selon CABI[24]. La robe dite claybank exprime à la fois le gène Dun et le gène Crème[27].

La raie de mulet est systématique[4], ces chevaux présentent aussi d'autres marques primitives telles que les zébrures aux membres et la crinière bicolore[27].

Le BLM sélectionne au possible les chevaux de robe bai dun et noir dun, mais autorise aussi les marques blanches, ainsi que d'autres couleurs de robe n'exprimant pas le dun[14]. Des chevaux de robe non-conforme (bais et noirs) continuent périodiquement de naître dans les deux hardes[14]. Il est présumé que l'intérêt public fort pour cette race provienne, au moins en partie, de sa couleur de robe[20],[28].

Tempérament et allures

Certains sujets disposent d'allures supplémentaires[4], et se déplacent à l'amble lorsqu'ils sont en liberté[12]. Ces chevaux se montrent vifs et agiles[12], ils sont réputés pour leur intelligence, leur courage, leur pied sûr, et leur endurance[2],[8].

Génétique et conservation

La plupart des Kiger actuels descendent d'un unique étalon, Mesteño (dont le nom sigifie « sauvage » en espagnol), capturé avec la harde originale en 1977, et relâché ensuite dans les monts Kiger[11]. La biologiste Anna Drake a supposé qu'une mutation spécifique, ou plusieurs, soient survenues chez le Kiger[29]. Une analyse génétique est finalement demandée au Dr E. Gus Cothran de l'université du Kentucky durant les années 1990, permettant de conclure que ces Mustangs relèvent d'un groupe génétiquement distinct des autres Mustangs, disposent d'une bonne diversité génétique, et sont plus hautement apparenté aux chevaux espagnols modernes que les autres Mustangs[7],[14]. Il est cependant probable que le Kiger, comme d'autres population chevalines réduites, ait subi un goulet d'étranglement génétique au cours de son histoire[30]. Afin de maintenir la diversité génétique, le BLM envoie régulièrement des chevaux de la harde de Kiger vers celle des Riddle Mountain, et inversement[31],[32].

Les multiples sociétés de race qui œuvrent à la multplication du Kiger ont des objectifs et des critères différents[24]. Il existe deux registres de race[20]. La Kiger Mesteňo Association et le Steens Mountain Kiger Registry (SMKG) acceptent n'importe quel cheval tant que ses origines peuvent être retracées aux animaux d'une des deux hardes sauvages de Kiger Mustangs, et gèrent donc un stud-book fermé aux croisements extérieurs, estimant qu'il s'agit de la seule manière de préserver l'intégrité de la race[11],[17]. Le SMKG tient néanmoins un registre de chevaux partiellement Kiger, et encourage le recours aux tests ADN de filiation[17]. Ces deux registres de race sont en cours de fusion en 2015[33].

Le Kiger est considéré comme le plus « pur » des Mustangs espagnols[34], ce discours relatif à la « pureté » » de la race tenant une grande importance[20]. Il existe une controverse quant à l'usage de la dénomination de « Kiger Mustang », certains Américains estimant que des chevaux venus des régions de Sand Springs, Warm Springs, des Potholes, de Palomino Butte, du Nevada et de l'Utah, seraient des Kiger Mustang[17]. Le BLM considère comme Kiger Mustangs les seuls chevaux issus des gorges de Kiger et des monts Riddle[1].

Utilisations

Photo d'un cheval galopant vu de profil et monté par une femme avec une tenue et un équipement de cow-boy.
Kiger Mustang en monte western.

En dépit de son statut originel de cheval sauvage, le Kiger Mustang est devenu un animal domestique populaire[2]. Les chevaux issus d'élevages domestiques sont accoutumés au contact humain dès leur plus jeune âge[18].

La race convient à l'équitation de travail, dans la mesure où elle possède le sens du bétail[12]. La race est également apte à la randonnée équestre, aux parcours d'endurance, et à l'équitation de loisir[4]. En reining, le Kiger a été popularisé par Kiger Cougar, un étalon sauvage qui a participé en démonstration aux championnats du monde à Reno, en 1992[19],[11]. En 2006, un autre Kiger, Spirit of Casey Tibbs, affronte 200 concurrents de race Quarter Horse[19].

Une jument Kiger Mustang nommée Ciente est intégrée depuis 2006 au programme d'élevage du Ravenseyrie Sorraia Mustang Preserve, à Gore Bay, en Ontario (Canada), dont l'objectif est de reconstituer le « tarpan ibérique »[35].

Diffusion

Le Kiger Mustang est rare[5]. La race n'est pas référencée par la base de données DAD-IS de la FAO[36], ni par l'étude des niveaux de menaces sur les races de chevaux menée par l'université d'Uppsala en [37].

Ces chevaux proviennent de la gorge de Kiger, près de Steens Mountain, dans l'Est de l'Oregon[4], à environ 50 miles au sud-est de la ville de Burns[38]. C'est un milieu de collines ouvert, avec de nombreuses sources ainsi qu'un cours d'eau pérenne[38]. Ces zones sont difficilement, sinon non-accessibles avec un véhicule[39], mais peuvent être atteintes à quelques miles au sud-est de la route 205[40]. Un point d'observation a été aménagé dans le refuge faunique national de Malheur[41].

Le BLM gère deux hardes de Kiger Mustang, en vertu du Wild and free-roaming horses and burros act de 1971[42]. En 2013, l'État de l'Oregon comptait une population totale de chevaux sauvages gérée par le BLM estimée à près de 2 600 individus, répartis dans 17 Herd Management Area (zone de gestion de harde, HMA), et un territoire de chevaux sauvages géré conjointement avec le service forestier américain[43]. Un recensement effectué en avril 2010 a révélé la présence de 60 Kiger Mustang dans le HMA de Riddle Mountain (~ 28 000 acres[17]), et de 81 dans le HMA de Kiger (~ 60 000 acres[17]) ; les estimations faites en février 2013 font état de 40 chevaux dans le HMA de Riddle Mountain et de 61 dans celui de Kiger[43]. Les deux hardes sont activement surveillées et protégées[17], en raison notamment du statut prestigieux du Kiger au regard des autres Mustangs[20]. Le rapport d'avril 2019 indique 91 chevaux à Kiger et 79 à Riddle ; l'usage du PZP (porcine zona pellucida) comme contraceptif fait par ailleurs débat quant au maintien de la diversité génétique[44].

Le Kiger Mustang est désormais bien connu dans toute l'Amérique du Nord, en particulier dans les régions de l'Ouest[12]. Ces chevaux font l'objet de ventes aux enchères dans le cadre de leur gestion par le BLM[12]. Les chevaux vendus aux enchères sont généralement ceux qui ne portent pas de robe dun, qui présentent des marques blanches, ou qui présentent un phénotype d'apparence dun mais pas le génotype[14]. Ils sont vendus sous le nom de « Kiger » ou de « Riddle »[14]. La demande est très forte, ce qui a motivé la création d'élevages privés[17], avec des sociétés d'éleveurs très actives[45]. En 2001, seuls 26 % des chevaux du Steens Mountain Kiger Registry sont nés en liberté, les autres étant issus d'élevages en captivité[1]. La race est désormais élevée également au Canada et en Europe[20] : les premiers élevages allemands ont en effet vu le jour en 2011[46].

Impact culturel

Cheval vu de face, couleurs noir et fauve.
Mesteño, étalon Kiger Mustang, fondateur et modèle de la race.

Le Kiger Mustang est célèbre dans tous les États-Unis[2], et fait l'objet d'une attention publique considérable[20]. La race a en effet été très médiatisée, notamment sur Discovery Channel, PBS, Horseworld, et par Mamba Production en Europe[19]. Cette médiatisation est essentiellement le fait du BLM, qui d'après les Dr Kristen Guest et Monica Mattfeld, a « créé la race du Kiger Mustang »[20]. Elles soulignent le lien de cette race avec le mythe américain du cheval descendant direct de ceux des conquistadores, et l'emphase mise sur ses qualités[20]. Elles remarquent aussi un discours mettant en valeur une supériorité du Kiger sur les autres Mustangs[20]. Cette idéalisation favorise un marketing important, basé sur une image romantique qui séduit les Américains[20].

Mesteño, étalon modèle et fondateur de la race, a été vu vivant pour la dernière fois en 1996, à l'âge avancé de 27 ans[11]. Il a inspiré une série de figurines de chevaux chez Breyer, déclinée pour montrer son évolution de poulain jusqu'à l'âge adulte[47]. C'est la première fois que Breyer a introduit une série de figurines destinées à montrer l'évolution d'un même cheval[47].

La renommée de cette population de Mustangs s'est nettement accrue lorsqu'un Kiger est devenu le modèle du personnage principal du film d'animation Spirit, l'étalon des plaines, sorti en 2002[12]. Le studio américain DreamWorks Animation en a fait l'acquisition afin que son personnel ait accès à ce modèle en permanence[48]. Ce cheval, Donner of Steens Kiger, né en 1995 de l'étalon Steens Kiger dans un ranch de l'Oregon, est devenu l'ambassadeur de la race, et a été rendu à la vie sauvage dans un sanctuaire californien à l'initiative de DreamWork, en 2003[49],[50],[19],[51]. Pour cet évènement, des jeunes filles (majoritairement des pré-adolescentes) sont invitées à assister à la remise en liberté du cheval[52]. Donner of Steens Kiger atteint l'âge de 25 ans en mai 2020[50]. Aux yeux des novices, l'image du Mustang en général est étroitement associée à celle du personnage principal de ce film d'animation, qui a été décliné en de nombreux produits dérivés, tels qu'une figurine offerte aux clients de Burger King[20].

Notes et références

  1. a b c et d Lynghaug 2009, p. 124.
  2. a b c d e f g h et i Lynghaug 2009, p. 120.
  3. a et b (en) Valerie Porter, Mason's World Dictionary of Livestock Breeds, Types and Varieties, CAB International, , 6e éd., 448  p. (ISBN 1-78924-153-7), p. 221Voir et modifier les données sur Wikidata.
  4. a b c d e f g et h Dutson 2012, p. 146.
  5. a b c d et e Hendricks 2007, p. 253.
  6. Dutson 2012, p. 147.
  7. a b c d et e Dutson 2012, p. 148.
  8. a et b Lynghaug 2009, p. 86.
  9. (en) « Return of dorsal striped horses Riddles Mt. Herd Management Area », sur http://kigerhorse.org/, (consulté le 15 décembre 2020).
  10. a b c d e f g h et i Hendricks 2007, p. 254.
  11. a b c d e f et g Lynghaug 2009, p. 87.
  12. a b c d e f g h et i Dutson 2012, p. 149.
  13. a et b Lynghaug 2009, p. 120-121.
  14. a b c d e f g et h Lynghaug 2009, p. 121.
  15. (en) Rebekah Ferran Witter, Winning with horsepower! : achieving personal success through horses, Trafalgar Square Publishing, (ISBN 1-57076-132-9 et 978-1-57076-132-4, OCLC 41431730), p. 118.
  16. (en-US) Marlin Greene, « The Kiger Mustang Controversy », sur bluetoadpublishing.co.uk, The NorthWest Horse Source (consulté le 15 décembre 2020).
  17. a b c d e f g et h Lynghaug 2009, p. 122.
  18. a b et c Lynghaug 2009, p. 123.
  19. a b c d et e Lynghaug 2009, p. 125.
  20. a b c d e f g h i j k et l (en) Kristen Guest et Monica Mattfeld, Horse breeds and human society : purity, identity and the making of the modern horse, Routledge, , 254 p. (ISBN 0-429-02400-2, 978-0-429-65692-7 et 0-429-65692-0, OCLC 1128890345), p. Chap. "Mustang breed(s)".
  21. (en) Karen Dalke, « Mustang: The Paradox of Imagery », Humanimalia, vol. 1, no 2,‎ , p. 97-117 (lire en ligne).
  22. (en-US) « Colorado Group Claims BLM Trying To Breed Special Mustangs In Oregon », (consulté le 15 décembre 2020).
  23. a b c d e f g h i j et k Dutson 2012, p. 150.
  24. a b c d et e Porter et al. 2016, p. 480.
  25. a b c et d Lynghaug 2009, p. 89.
  26. Lynghaug 2009, p. 90.
  27. a b c d et e Lynghaug 2009, p. 88.
  28. (en) J. Edward De Steiguer, Wild Horses of the West: History and Politics of America's Mustangs, University of Arizona Press, , 249 p. (ISBN 0816528268 et 9780816528264), p. 184-185.
  29. (en) Richard Symanski, Wild Horses and Sacred Cows, Northland Press, , 223 p. (ISBN 0-87358-388-4 et 9780873583886), p. 71.
  30. (en) Cristina Luís, Cristiane Bastos-Silveira, E. Gus Cothran et Maria do Mar Oom, « Iberian Origins of New World Horse Breeds », Journal of Heredity, vol. 97, no 2,‎ , p. 107–113 (ISSN 1465-7333 et 0022-1503, DOI 10.1093/jhered/esj020, lire en ligne, consulté le 15 décembre 2020).
  31. (en) « Programs: Wild Horse and Burro: Herd Management: Herd Management Areas: Oregon: Kiger HMA », sur blm.gov, Bureau of Land Management (consulté le 13 décembre 2020).
  32. (en) « Wild horses in Oregon », sur oregonencyclopedia.org (consulté le 15 décembre 2020).
  33. « Merger of the Kiger Registries », sur kigerhorse.org, (consulté le 15 décembre 2020).
  34. Tous les chevaux du monde (ill. Yann Le Bris), Delachaux et Niestlé, , 544  p. (ISBN 2-603-01865-5), p. 448Voir et modifier les données sur Wikidata.
  35. Karen Parker, Caballos de Destino : A Vanishing Breed, (lire en ligne), p. 28.
  36. « Races par espèces et pays | Système d’Information sur la Diversité des Animaux Domestiques (DAD-IS) | Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture », sur www.fao.org (consulté le 15 décembre 2020).
  37. (en) Rupak Khadka, « Global Horse Population with respect to Breeds and Risk Status », Uppsala, Faculty of Veterinary Medicine and Animal Science - Department of Animal Breeding and Genetics, .
  38. a et b (en) Three Rivers Resource(s) Management Plan (RMP): Environmental Impact Statement, vol. 2, Bureau of Land Management, , 4 p..
  39. (en) Lisa Dines, The American Mustang Guidebook: History, Behavior, and State-By-State Directions on Where to Best View America's Wild Horses, Willow Creek Press, .
  40. (en) Myrna. Oakley, Off the beaten path. Oregon : a guide to unique places, Insiders' Guide, (ISBN 0-7627-3535-X et 978-0-7627-3535-8, OCLC 57415163), p. 84.
  41. (en) William C. Herow, America's Scenic Drives: Travel Guide & Atlas, Roundabout Publications, , 468 p. (ISBN 1885464282 et 9781885464286), p. 287.
  42. Katrina Duran, « The Mustang Spirit of the West: How Taking a More Cooperative Approach Will Save Our Mustangs », Ariz. J. Envtl. L. & Pol'y, vol. 10, no 2,‎ , p. 241 (lire en ligne).
  43. a et b (en) « Oregon BLM Wild Horse and Burro Population Data » [PDF], Bureau of Land Management, (consulté le 17 octobre 2013).
  44. (en-US) Craig C. Downer, « Why PZP and wild horses do not belong together », sur Horsetalk.co.nz, (consulté le 15 décembre 2020).
  45. Porter et al. 2016, p. 457.
  46. (de) Kerstin Kruse-Völkers, « Kiger Mustangs aus den USA adoptieren: Rasseporträt: Ein Mustang für alle Fälle », sur CAavallo, (consulté le 15 décembre 2020).
  47. a et b (en) « Kiger Mustang », sur International Museum of the Horse (consulté le 10 décembre 2020)
  48. (en) Daniel M. Kimmel, The dream team : the rise and fall of Dreamworks : lessons from the new Hollywood, Ivan R. Dee, (ISBN 1-56663-654-X, 978-1-56663-654-4 et 1-56663-752-X, OCLC 68133061), p. 156.
  49. (en-US) « Spirit: An American Icon », sur Return to Freedom (consulté le 10 décembre 2020).
  50. a et b « Le vrai Spirit fête ses 25 ans », sur Cheval Magazine, (consulté le 10 décembre 2020).
  51. (en-US) Horsetalk.co.nz, « Hall of fame honor for movie stallion Spirit », sur Horsetalk.co.nz, (consulté le 15 décembre 2020).
  52. (en) Terri Farley (photogr. Melissa Farlow), Wild at Heart: Mustangs and the Young People Fighting to Save Them, Houghton Mifflin Harcourt, , 208 p. (ISBN 0544761189 et 9780544761186), p. 162.

Annexes

Liens externes

Bibliographie

  • [Dutson 2012] (en) Judith Dutson, Storey's Illustrated Guide to 96 Horse Breeds of North America, Storey Publishing, , 2e éd., 416  p. (ISBN 1-60342-918-2), « Kiger Mustang »Voir et modifier les données sur Wikidata
  • [Hendricks 2007] (en) Bonnie Lou Hendricks, International Encyclopedia of Horse Breeds, Norman, University of Oklahoma Press, , 2e éd., 486  p. (ISBN 0-8061-3884-X, OCLC 154690199, lire en ligne), « Kiger Mustang », p. 253-254. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'articleVoir et modifier les données sur Wikidata
  • [Lynghaug 2009] (en) Fran Lynghaug, The Official Horse Breeds Standards Guide : The Complete Guide to the Standards of All North American Equine Breed Associations, MBI Publishing Company LLC, , 672  p. (ISBN 1-61673-171-0)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • [Porter et al. 2016] (en) Valerie Porter, Lawrence Alderson, Stephen J.G. Hall et Dan Phillip Sponenberg, Mason's World Encyclopedia of Livestock Breeds and Breeding, CAB International, , 6e éd., 1 107  p. (ISBN 1-84593-466-0, OCLC 948839453). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'articleVoir et modifier les données sur Wikidata
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 15 janvier 2021 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 15 janvier 2021 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.
What is wikifr.info Wiki est la principale source d'information sur Internet. Il est ouvert à tout utilisateur. Un wiki est une bibliothèque publique et multilingue.

La base de cette page est sur Wikipedia. Texte disponible sous CC BY-SA 3.0 Unported License.

Wikipedia® est une marque déposée de Wikimedia Foundation, Inc., une organisation à but non lucratif. wikifr.info est une société indépendante et non affiliée à la Wikimedia Foundation.

E-mail: ivanovalik@yahoo.com