wikifr.info

Application concernant la Covid-19

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre

Les applications concernant la Covid-19 sont des applications mobiles utilisées à diverses fins en réponse à la pandémie de Covid-19, particulièrement pour aider à la recherche des contacts, c'est-à-dire le processus d'identification des personnes (contacts) qui peuvent avoir été en contact avec une personne infectée.

Exemple de proposition pour une application de localisation des contacts Covid-19 basée sur la localisation : les contacts de l'individu A (et de toutes les personnes utilisant l'application) sont tracés à l'aide de la co-localisation GPS avec d'autres utilisateurs de l'application, complétés par la numérisation de codes QR affichés sur les équipements publics à fort trafic où le GPS n'est pas suffisamment précis. La personne A demande un test SARS-COV-2 (à l'aide de l'application) et son résultat positif déclenche une notification instantanée aux personnes qui ont été en contact étroit. L'application conseille l'isolement du cas (individu A) et la mise en quarantaine ses contacts[1].

De nombreuses applications d'aide à la recherche des contacts basées sur le traçage numérique ont été développées ou proposées, avec le soutien officiel des gouvernements, basés sur divers protocoles développés pour l'occasion. Ces efforts, en particulier ceux basés sur le traçage de la localisation géographique des personnes (géolocalisation), reçoivent de nombreuses critiques pour les risques et problèmes qu'ils posent en termes de confidentialité et d'utilité.

Pour pallier les critiques d'un recueil trop important de données personnelles comme dans le cas de la géolocalisation, et/ou du stockage des données dans des serveurs centralisés, des approches décentralisées faisant recours à un traçage dit de « proximité » et stockant les données recueillies sur le téléphone mobile ont été proposées. Celles-ci utilisent le plus souvent le Bluetooth à basse consommation (BLE) pour tracer uniquement la proximité du téléphone mobile d'un utilisateur avec d'autres téléphones mobiles, et non sa géolocalisation. Certaines applications, comme TraceTogether et son protocole réutilisé ailleurs OpenTrace (en) (Singapour) et StopCovid (France) combinent un traçage de proximité utilisant le BLE avec un stockage des données partiellement centralisé.

Google et Apple ont intégré directement dans leurs systèmes d'exploitation Android et iOS une interface de programmation (en) pour prendre en charge les applications de suivi des contacts basées sur le Bluetooth, et y donnent accès aux applications qui remplissent un certain nombre de conditions, notamment de confidentialité et décentralisation. Cette politique suscite des conflits avec des États qui ont développé ou développent des applications ne respectant pas ces conditions, et se voient donc refuser l'accès pour leurs applications à certaines fonctionnalités du système d'exploitation jugées utiles. La position de Google et Apple a contribué à ce que certains États passent à une approche décentralisée, comme l'Allemagne, ou considèrent cette possibilité, comme la Grande-Bretagne.

Types d'application

Aide au diagnostic

Recherche des contacts

Aide au confinement

Approches générales

Suivi de localisation basé sur le réseau centralisé

Certains pays utilisent le suivi de localisation basé sur le réseau, éliminant le besoin de télécharger une application et la possibilité technique d'éviter le suivi. En Israël, le suivi basé sur le réseau a été approuvé[2]. Les solutions basées sur le réseau ont accès aux données brutes de localisation et sont critiquées pour leurs atteintes à la vie privée[3]. Cependant, tous les systèmes utilisant des serveurs centraux ne nécessitent pas l'accès aux données personnelles de localisation; un certain nombre de systèmes visant à préserver la vie privée n'utilisent des serveurs centraux que pour de la communication (voir la section ci-dessous).

En Corée du Sud, la recherche numérique des contacts ne s'appuie pas sur une application ni sur un système de suivi des contacts, mais sur la collecte à posteriori d'informations de différentes sources, notamment les données de suivi des appareils mobiles, les données de transaction par carte et les données de vidéosurveillance. Ces informations sont ensuite combinées pour générer des notifications via des SMS aux personnes potentiellement infectées[4],[5],[6]. Par ailleurs, le gouvernement rend accessible au public les informations recueillies sur les déplacements des personnes testées positives, ce qui est autorisé depuis l'épidémie à coronavirus MERS de 2015 dans le pays, qui a mené à des modifications profondes des lois sur la confidentialité en matière de santé publique. Ces informations sont accessibles via certaines d'applications et sites Web[7].

Suivi des contacts visant à préserver la vie privée

Bande dessinée expliquant comment le traçage de proximité permet d'effectuer un suivi des contacts décentralisé et anonyme

Le traçage des contacts préservant la confidentialité est un concept bien établi, avec un corpus substantiel de documents de recherche datant d'au moins 2013 [8],[9],[10].

Au 7 avril 2020, plus d'une douzaine de groupes d'experts travaillent sur des solutions visant à respecter au maximum la vie privée, telles que l'utilisation de Bluetooth à basse consommation (BLE) pour enregistrer la proximité d'un utilisateur avec d'autres téléphones portables. Les utilisateurs reçoivent un message s'ils ont été en contact proche avec quelqu'un qui a été testé positif à la Covid-19[11].

Un groupe de chercheurs européens, notamment du Fraunhofer Heinrich Hertz Institute et de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), qui sont sous l'égide du projet Pan-European Privacy-Preserving Proximity Tracing (en)(PEPP-PT) [12], développent une application sur le BLE conçue pour éviter une surveillance intrusive de l'État[13],[14],[15]. Cependant, le PEPP-PT est un effort de coordination qui comporte à la fois des approches centralisées et décentralisées [16]. Le 17 avril 2020, l'EPFL et l'ETH Zurich se retirent du projet, critiquant le PEPP-PT pour son manque de transparence et d'ouverture, et pour ne pas respecter suffisamment la vie privée[17]. Ensuite, le KU Leuven, le CISPA Helmholz Center for Information Security, le Laboratoire européen pour l'apprentissage et les systèmes intelligents et l'université technique du Danemark se retirent également du projet[18],[19],[20]. Le 25 avril, le gouvernement allemand change de position et annonce partir pour une solution décentralisée [21],[22].

Les protocoles décentralisés comprennent le Decentralized Privacy-Preserving Proximity Tracing (en) (DP-PPT / DP-3T), qu'on peut traduire par traçage de proximité décentralisé préservant la confidentialité[23],[24], le protocole TCN (en) ("Temporary Contact Numbers") de la coalition mondiale TCN[25],[26] et SafePaths du MIT Media Lab[27],[28]. L'objectif de la décentralisation est de réduire la perte de confidentialité, en échangeant des clés anonymes qui ne contiennent pas d'informations identifiables[29].

Le 9 avril 2020, le gouvernement singapourien a annoncé qu'il publie en open source une implémentation de référence du protocole BlueTrace utilisé par son application gouvernementale officielle[30].

Initiative conjointe de Google et Apple : Notification d'exposition

Le 10 avril 2020, Google et Apple, les sociétés qui contrôlent les systèmes d'exploitation mobiles dominant le marché Android et iOS, annoncent une initiative conjointe pour le suivi des contacts, dénommée d'abord Privacy-Preserving Contact Tracing Project[31] (« Projet de traçage de contact préservant la vie privée ») puis Exposure Notification[32],[33] (« Notification d'exposition »). Elles favorisent une approche décentralisée basée sur le traçage de proximité faisant recours à la technologie Bluetooth à basse consommation (BLE) et la cryptographie, citant des avantages en matière de confidentialité[34],[35],[36]. Les deux entreprises déclarent préparer dans un premier temps une interface de programmation pour permettre de simplifier et rendre plus efficace la création d'applications de suivi des contacts. Elles publient également les spécifications des technologies de base utilisées dans le système[37],[38]. Selon Apple et Google, le système devrait être déployé en trois étapes[39],[40] :

  • spécification et publication de l'interface de programmation ;
  • déploiement d'outils pour permettre aux gouvernements de créer des applications officielles de recherche des contacts préservant la confidentialité ;
  • intégration de cette fonctionnalité directement dans iOS et Android.

L'Union américaine pour les libertés civiles déclare que l'approche de Google et d'Apple « semble atténuer les pires risques de confidentialité et de centralisation, mais qu'il y a encore place à amélioration » [41].

La volonté de certains gouvernements, notamment de la Grande-Bretagne, de France et d'Allemagne, de créer un système centralisé se heurte à l'opposition de Google et Apple. Apple refuse l'accès des applications centralisées à la technologie bluetooth en tâche de fond, ce qui les empêche de fonctionner quand elles ne sont pas actives[42],[43]. Certains gouvernements décideront ensuite de changer d'approche pour créer des applications décentralisées, leur permettant d'utiliser les outils Google-Apple[44],[43].

Le 4 mai 2020, citant le respect de la vie privée comme une priorité, Google et Apple décident de bloquer l'accès à leur outil aux applications utilisant le GPS. Certaines autorités publiques y faisant recours en conjonction avec le bluetooth affirment pouvoir néanmoins fournir des applications fonctionnelles en se passant de l'outil[45],[46].

Le 21 mai 2020, Google et Apple mettent à disposition des autorités sanitaires leur outil intégré directement dans leurs systèmes d'exploitation mobiles[47].

Restrictions dans les magasins d'applications

Répondant aux préoccupations concernant la propagation des applications « coronavirus » trompeuses ou nuisibles, Apple a fixé des limites quant aux types d'organisations pouvant ajouter des applications liées aux coronavirus à son magasin d'applications App Store, en les limitant aux seules organisations « officielles » ou autrement réputées[48]. Google[49] et Amazon ont mis en place des restrictions similaires.

Problèmes soulevés

Efficacité

Ross Anderson (en), professeur d'ingénierie de la sécurité à l'Université de Cambridge, énumère un certain nombre de problèmes pratiques potentiels induit par l'utilisation de logiciels, entre autres des faux positifs et le manque d'efficacité si l'application n'est utilisée que par une petite fraction de la population[50]. La modélisation par des chercheurs de l'Université d'Oxford a estimé que 80% de tous les utilisateurs de smartphones dans une ville d'un million de personnes devraient utiliser un système de suivi pour arrêter l'épidémie[51]. À Singapour, une personne sur six seulement avait téléchargé l'application TraceTogether en avril 2020; l'application a également été sous-utilisée car elle ne fonctionnait que si les utilisateurs la gardaient ouverte à tout moment[52].

L'interface de programmation proposée par Google et Apple vise à réduire les problèmes de développement en incorporant le mécanisme de suivi des contacts aux systèmes d'exploitation de leurs appareils, diffusé par les mises à jour logicielles standard. Elle permettra notamment de faire fonctionner en arrière-plan le suivi de contacts par BLE. Dans une deuxième phase, le système d'exploitation serait en mesure de suivre l'exposition sans avoir à télécharger une application Covid-19 dédiée[53],[54].

Confidentialité, de discrimination et de marginalisation

Des militants de la protection de la vie privée expriment leur inquiétude concernant les implications de la surveillance de la population à l'aide des applications de coronavirus, en particulier au sujet du démantèlement de l'infrastructure de surveillance créée pour faire face à la pandémie de coronavirus une fois la menace passée. Amnesty International et plus de 100 autres organisations ont publié une déclaration appelant à des limites à ce type de surveillance. Les organisations posent huit conditions aux projets gouvernementaux :

  1. Les mesures de surveillance adoptées pour faire face à la pandémie doivent être légales, nécessaires et proportionnées.
  2. Si les gouvernements étendent leurs pouvoirs de suivi et de surveillance, alors ces pouvoirs doivent être limités dans le temps et ne doivent pas se prolonger au-delà de la durée nécessaire pour lutter contre la Covid-19.
  3. Les États doivent veiller à ce que la collecte, la rétention et l’agrégation des données personnelles, notamment des données relatives à la santé, servent uniquement les objectifs de lutte contre la Covid-19.
  4. Les gouvernements doivent faire tout leur possible pour protéger les données des particuliers, en garantissant un niveau de sécurité suffisant pour toutes les données personnelles collectées et tous les appareils, applications, réseaux ou services qui participent à la collecte, à la transmission, au traitement et au stockage de ces données.
  5. Le recours aux technologies de surveillance numérique pour faire face à la Covid-19, notamment aux systèmes de big data et d’intelligence artificielle, ne doit pas éluder le risque que ces outils facilitent la discrimination et d’autres atteintes aux droits humains à l’égard des minorités ethniques, des personnes vivant dans la pauvreté et d’autres populations marginalisées, dont les besoins et les réalités vécues peuvent être occultés ou dénaturés dans de grands ensembles de données.
  6. Si les gouvernements concluent des accords de partage des données avec des organismes du secteur public ou privé, ces accords doivent se fonder sur la loi et leur existence ainsi que les informations nécessaires à l’évaluation de leur impact sur la vie privée et les droits humains doivent être rendus publics – par écrit, en précisant une clause d’extinction, une supervision publique et d’autres garanties par défaut.
  7. Toutes les mesures doivent intégrer des protections et des garanties de responsabilisation contre les atteintes aux droits humains.
  8. Les mesures prises en lien avec la Covid-19 qui englobent des activités de collecte de données doivent permettre la participation libre, active et significative des parties prenantes, en particulier d’experts du secteur de la santé publique et des groupes de population les plus marginalisés.[55]

De même en Allemagne, le Chaos Computer Club (CCC) [56] et Reporters sans frontières (RSF) [57] publient des listes de conditions.

Le 20 avril 2020, plus de 300 universitaires signent une déclaration en faveur des applications de traçage de proximité décentralisées par rapport aux modèles centralisés, étant donné la difficulté d'empêcher leur utilisation « pour permettre une discrimination et une surveillance injustifiées »[58],[59].

Le 25 avril 2020, une tribune coécrite par le sociologue Antonio Casilli, le mathématicien expert en protection des données Paul-Olivier Dehaye et l'avocat Jean-Baptiste Soufron est publiée dans le journal Le Monde. Elle porte sur les risques et les enjeux de l'application française de recherche de contact StopCovid, que le gouvernement français souhaite développer et dans laquelle les auteurs dénoncent le manque de garantie des finalités exactes de la collecte et du traitement des données recueillies[60].

La solution proposée par Google et Apple propose de supprimer le mécanisme de suivi de leurs systèmes d'exploitation une fois qu'il ne sera plus nécessaire[61].

Sécurité

Certaines de ces applications présenteraient des problèmes de sécurité[62]. En mai 2020, l’entreprise privée Pradeo, spécialisée dans le domaine de la cybersécurité, annonce que toutes les applications de suivi de la Covid-19 présentent des failles de sécurité[63]. Leur étude arrive à la conclusion que « 3 de ces applications [celles du gouvernement turc (Korona Önlem), du King’s College de Londres (COVID Symptom Study, développée par Zoe Global Limited) et l’application américaine How We Feel[64]] sont clairement problématiques […] plus de la moitié des applications portent atteinte à la vie privée [et] toutes les applis présentent des failles de sécurité plus ou moins critiques[65] ». Pradeo a ensuite conduit une analyse de sécurité de l’application StopCovid, l’application gouvernementale française, qui place finalement celle-ci ex-aequo avec l’application allemande Corona-Datenspende comme meilleures applications nationales en termes de sécurité[66]. La société YesWeHack a par ailleurs mené un test de piratage sur l’application française, invitant des « hackers éthiques » à trouver des failles contre des primes aux bogues pouvant atteindre 2 000 euros[67].

L’entreprise Guardsquare, elle aussi spécialisée dans la protection des applications pour téléphones intelligents, arrive à une conclusion similaire : la plupart des applications gouvernementales de traçage pour la Covid-19 ne sont pas sécuritaires et sont à risque de compromettre les données des utilisateurs[68]. L’étude conclut que la majorité de ces applications n’étaient pas protégées adéquatement contre l’exploitation malveillante et la rétro-ingénierie et très peu avaient renforcé suffisamment leur sécurité[69].

Amnesty International expose au même moment une faille majeure dans l’application de traçage du Qatar, Ehteraz, rendue obligatoire le 22 mai 2020 (les citoyens ne l’utilisant pas faisaient face à une peine de prison et une amende). La faille donnait accès aux données personnelles (nom, numéro de carte d’identité, localisation et statut médical) de plus d’un million d’usagers. La faille a toutefois été corrigée par les autorités qatariennes le lendemain de son signalement par Amnesty International[70].

Certaines applications, comme celle du Canada, fonctionnent grâce à la technologie Bluetooth, ce qui permet notamment de stocker les données de localisation sur les appareils mobiles seulement, plutôt que dans des serveurs externes, ce qui diminuerait les risques de faille de confidentialité[71]. Certaines applications, notamment coEpi (États-Unis), SwissCovid (Suisse), Alerte COVID (Québec), Corona-Warn-App (Allemagne) et TraceTogether (Singapour), ont par ailleurs été développées avec un logiciel libre (open source), ce qui permet à la communauté internationale de consulter leur fonctionnement et de les rendre plus sécuritaires.

Interopérabilité

La prépondérance d'applications nationales fait courir un risque d'absence d'interopérabilité. Pour prévenir ce risque, la Commission européenne engage les pays de l'Union européenne qui développent des applications d'aide à la recherche des contacts à ce que celle-ci soient interopérables[72].

Applications d'aide à la recherche des contacts

En utilisation

Canada
Alerte COVID, l'application de notification d'exposition du Canada, a été lancée à la fin juillet, d'abord en Ontario. Les craintes du Québec concernant la cybersécurité ont retardé son lancement qui était prévu le 1er juillet[73],[74]. En date du 23 septembre, elle aurait été téléchargée 2,3 millions de fois, ce qui représente 6,6% de la population canadienne[75]. Le 29 septembre, le Québec a annoncé qu'il autoriserait le déploiement de l'application dans la province[76] . Le 5 octobre, le premier ministre François Legault a demandé à tous les Québécois de télécharger l'application[77].
Chine
Le gouvernement chinois, en collaboration avec Alipay, a déployé une application qui permet aux citoyens de vérifier s'ils ont été en contact avec des personnes atteintes de la Covid-19. Il est utilisé dans plus de 200 villes chinoises[78].
Colombie
Le gouvernement a créé CoronApp, disponible sur Android, iOS et Huawei (AppGallery). Téléchargée par plus de 1,2 million d'utilisateurs, l'application ne consomme pas de données et aide à détecter les zones touchées et les personnes à proximité avec un diagnostic positif à la Covid-19. CoronApp facilite la surveillance en temps réel des données collectées au Centre des opérations d'urgence de l'Instituto Nacional de Salud (Institut national de la santé, INS). Elle intègre des technologies telles que celles développées par les gouvernements de Singapour et de la Corée du Sud, ainsi qu'Apple[79]. La confidentialité, la principale préoccupation de ces applications d'organisations du monde entier, n'a pas été l'exception pour la Colombie: la Fundación Karisma souligne certaines vulnérabilités de CoronApp[80]. Pour encourager l'utilisation de l'application, le gouvernement colombien financera 1 gigaoctet par mois et 100 minutes pour les utilisateurs de lignes prépayées qui l'installent[81].
France
Le 2 juin, le gouvernement a lancé l'application StopCovid.
Ghana
Le gouvernement a lancé « GH Covid-19 Tracker App », une application Android et iOS équipée d'une technologie de suivi de localisation pour fournir des informations détaillées sur les personnes qui ont participé au même événement, lieu, pays ou d'autres lieux afin de fournir aux autorités de santé des informations précises pour savoir qui contrôler et à qui fournir de l'aide. L'application a été développée par le ministère de la Communication et de la Technologie et le ministère de la Santé[82]. À la date du 14 avril 2020, l'application attendait l'approbation du Google Play Store et de l'App Store d'Apple[83].
Israël
Le ministère de la Santé (en) lance l'application d'aide à la recherche des contacts Hamagen pour iOS et Android, le 22 mars 2020[84]. Hamagen suit la localisation d'un utilisateur à l'aide d'une interface de programmation (API) de localisation standard, puis les compare aux mouvements connus des personnes diagnostiquées avec la Covid-19, afin de vérifier si des chemins se sont croisés au cours des 14 derniers jours. L'application a été conçue pour privilégier la confidentialité, car les données de géolocalisation générées sont gardées sur l'appareil de l'utilisateur et ne sont pas transmises à un serveur, sauf si l'utilisateur le décide[85].
Macédoine du Nord
Avec "StopKorona!" lancé le 13 avril 2020, le pays est le premier des Balkans occidentaux à lancer une application de traçage Covid-19. L'application basée sur le Bluetooth retrace l'exposition des personnes potentiellement infectées et aide les autorités sanitaires à fournir une réponse rapide. L'application a été développée et donnée par Nextsense, une société de logiciels basée à Skopje. En ce qui concerne les lois sur la protection des données, l'application n'utilise pas les emplacements des utilisateurs ni les informations personnelles. Les numéros mobiles des utilisateurs sont les seules données liées à l'utilisateur, stockées sur des serveurs gérés par le ministère de la Santé[86],[87],[88].
Norvège
L'application Smittestopp développée par le gouvernement norvégien utilise le Bluetooth et le GPS[89].
République tchèque
Le gouvernement propose une application de traçage inspirée de celle de Singapour appelée eRouška (eMasque). L'application est développée par la communauté informatique locale, publiée en open source et sera remise au gouvernement[90].
Singapour
L'application TraceTogether est lancée à la mi-mars 2020[91]. Elle repose sur un protocole de traçage de proximité développé pour l'occasion, BlueTrace (en), avec une implémentation de référence open source, OpenTrace[92],[93].

En phase de test

Suisse
L'administration fédérale lance un test de l'application SwissCovid sur Android et iOS le 25 mai 2020, ouvert aux membres des administrations publiques, des hôpitaux et de l'armée,[94]. L'application est basée sur le traçage de proximité à l'aide du bluetooth à basse consommation en suivant le protocole Decentralized Privacy-Preserving Proximity Tracing (DP-3T) (en) développé en bonne partie par des chercheurs des écoles polytechniques fédérales de Lausanne et Zurich au sein d'un groupe international. Le code source de l'application est publié le 28 mai 2020[95], et son architecture de données est décentralisée, les données sur les contacts étant enregistrées sur les téléphones mobiles des utilisateurs et ne transitant pas par un serveur central[96]. L'application est réalisée par le développeur Ubique qui a déjà réalisé plusieurs applications pour le secteur public suisse[97], et se revendique être la première au monde basée sur les systèmes de Google et Apple, qui sont par ailleurs en partie inspirés de l'approche décentralisée du protocole DP-3T[98],[99],[100].

En développement

L'Irlande annonce une application fin mars[101].

En Allemagne, le gouvernement fédéral, qui veut une application de suivi des contacts, suit d'abord le projet PEPP-PT, qui développe un traçage de proximité recueillant les données sur un serveur centralisé. Il change ensuite d'orientation et se décide en faveur d'une approche décentralisée[102], et demande aux entreprises allemandes SAP et T-Systems de mener le projet, qui est réalisé en open source et qui utilisera l'interface de programmation de Google / Apple[103].

L'Australie et la Nouvelle-Zélande envisagent des applications basées sur l'application TraceTogether de Singapour et le protocole BlueTrace (en)[104].

L'Autriche a annoncé une application nationale basée sur le protocole Decentralized Privacy-Preserving Proximity Tracing (en)[105].

Au Maroc, le Gouvernement annonce début mai qu'il va développer une application basée sur TraceTogether[106].

Au Royaume-Uni, Matthew Gould, directeur général du NHSX, l'organisme gouvernemental responsable de la politique technologique pour le NHS, déclare fin mars 2020 que l'organisation envisage sérieusement une application qui alerterait les gens s'ils avaient récemment été en contact avec une personne testée positive au virus après que des scientifiques aient suggéré au gouvernement que cela « pourrait jouer un rôle critique » pour réduire le confinement[107]. Le 12 avril, le gouvernement a déclaré que l'application de recherche des contacts était à un stade avancé de développement et serait disponible pour un déploiement dans quelques semaines[108].

En Russie, la ville de Moscou a l'intention de déployer une application de géolocalisation pour s'assurer que les patients diagnostiqués à la Covid-19 ne quittent pas leur domicile[109].

Protocoles

Nom Fonctionnalité Plate-forme Auteur / promoteur Licence Page d'accueil Réf.
Pan-European Privacy-Preserving Proximity Tracing (PEPP-PT) project (en) recherche des contacts préservant la confidentialité inconnue Institut Fraunhofer pour les télécommunications, Institut Robert Koch, Université technique de Berlin, TU Dresden, Université d'Erfurt, Vodafone Allemagne protocoles multiples, source fermée, spécifications privées, MPL https://www.pepp-pt.org/, https://github.com/pepp-pt/pepp-pt-documentation, https://nadim.computer/res/pdf/PEPP-PT_NTK_High_Level_Overview.pdf [15]
Système « Notification d'exposition à la Covid-19 » de Google / Apple (en) recherche des contacts préservant la confidentialité indépendant de la plateforme Google, Apple Inc. spécification publique https://www.apple.com/covid19/contacttracing [110]
Decentralized Privacy-Preserving Proximity Tracing (DP-3T) (en) recherche des contacts préservant la confidentialité indépendant de la plateforme EPFL, ETHZ, KU Leuven, TU Delft, University College London, CISPA, University of Oxford, University of Torino / ISI Foundation mise en œuvre de référence Apache 2.0 développée publiquement, code MPL 2.0 iOS / Android.
https://github.com/DP-3T [111]
BlueTrace / OpenTrace (en) recherche des contacts préservant la confidentialité indépendant de la plateforme Services numériques du gouvernement de Singapour spécification publique, code GPL 3 bluetrace.io, https://github.com/opentrace-community [92]
Coalition TCN / Protocole TCN (en) recherche des contacts préservant la confidentialité indépendant de la plateforme CovidWatch, CoEpi, ITO, Commons Project, Zcash Foundation, Openmined spécification développée par le public, code de licence MIT tcn-coalition.org https://github.com/TCNCoalition/TCN
ROBERT-ROBust and privacy-presERving proximity Tracing protocol recherche des contacts Institut national de recherche en informatique et en automatique, Institut Fraunhofer pour les télécommunications https://github.com/ROBERT-proximity-tracing/documents [112]

Liste des applications par pays

Pays Nom Fonctionnalités Méthode Technologie principale Plateforme Auteur / Support État Licence Protocole Notification d'exposition Google / Apple Page d'accueil Réf.
Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud Covi-ID recherche des contacts, gestion des références sanitaires Android, iOS, web Conseil de la recherche scientifique et technologique,

université du Cap, The Delta Studio

en usage https://coviid.me/ [113]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Corona-Datenspende (de) détecter les potentiels cas de Covid-19 à partir du pouls, de l'activité et des habitudes de sommeil Android, iOS Institut Robert-Koch en usage https://corona-datenspende.de/
Corona-Warn-App (de) suivi des contacts traçage de proximité Bluetooth basse consommation Android, iOS Gouvernement fédéral allemand, SAP, T-Systems, partenaires, communauté open source[103] en développement Apache-2.0 Spécifique, inspiré par DP-3T et TCN Oui https://www.coronawarn.app/ [114]
Ito recherche des contacts Android Partenaires comme TUM Fichier APK disponible GNU GPLv3 TCN www.ito-app.org [115]
Drapeau de l'Angola Angola Covid-19 AO auto-diagnostic, information et mise en quarantaine Web Ravelino de Castro Propriétaire https://covid19ao.com/ [116],[117],[118],[119]
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite Tawakkalna gestion du couvre-feu Android, iOS Saudi Data and Artificial Intelligence Authority [120]
Drapeau de l'Australie Australie Coronavirus Australia (en) information, enregistrement d'isolement Android, iOS Delv Pty Ltd / Département de la Santé australien Propriétaire health.gov.au [121]
COVIDSafe (en) suivi des contacts traçage de proximité Android, iOS Département de la Santé australien en usage inconnue BlueTrace Non [122],[123]
Drapeau de l'Autriche Autriche Stopp Corona (de) suivi des contacts, rapports médicaux traçage de proximité bluetooth basse consommation Android, iOS Croix Rouge Autrichienne en usage Apache License 2.0 DP-3T Oui www.roteskreuz.at [105],[124],[72]
Drapeau de la Belgique Belgique Coronalert suivi des contacts traçage de proximité bluetooth basse consommation Android, iOS Sciensano en usage GNU GPLv3 DP-3T Oui coronalert.be/fr/ [125],[126]
Drapeau du Canada Canada Alerte COVID/COVID Alert suivi des contacts bluetooth Android, iOS Gouvernement du Canada en usage Oui https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/maladie-coronavirus-covid-19/alerte-covid.html
Drapeau de la République populaire de Chine Chine Alipay Health Code recherche des contacts Android, iOS integrated into Alipay and WeChat apps Propriétaire Non [78],[127],[128],[129]
Drapeau de la Corée du Sud Corée du sud Corona 100m recherche des contacts Android Bae Won-Seok / TINA3D retirée Non [130],[131]
Self-Diagnosis app auto-diagnostique Android, iOS Ministère de la Santé et du Bien-être ncov.mohw.go.kr/selfcheck [132],[133]
Self-Quarantine app enregistrement d'isolement Android, iOS Ministère de l'Intérieur et de la Sécurité www.safekorea.go.kr [134],[135]
Drapeau des États-Unis États-Unis COVID-19 Apple App information iOS Apple / Gouvernement fédéral des États-Unis [136]
CovidSafe auto-diagnostique, recherche des contacts Android, iOS Microsoft, Université de Washington MIT https://covidsafe.cs.washington.edu/ [137]
How We Feel auto-diagnostique Android, iOS Pinterest et al. https://howwefeel.org/ [138], [62]
Private Kit: Safe Paths recherche des contacts Android, iOS MIT MIT License safepaths.mit.edu [139]
Covid Watch recherche des contacts et alarme Android, iOS Covid Watch TCN https://www.covid-watch.org/ [27],[140]
coEpi auto-déclaration Android, iOS coEpi en développement Open Source TCN https://www.coepi.org [141]
NOVID recherche des contacts Android, iOS Expii, université Carnegie-Mellon TCN https://www.novid.org/ [142]
Drapeau de la Finlande Finlande Ketju recherche des contacts inconnu 2M-IT, Futurice, Reaktor Finland, Fractal, Sitra tests en mai inconnue inconnu [143],[144]
Drapeau de la France France TousAntiCovid

(ex-StopCovid)

suivi des contacts traçage de proximité bluetooth basse consommation Android, iOS Gouvernement français / INRIA / Capgemini / Lunabee Studio / Orange / Dassault 3DS en usage MPL-2.0 et ad hoc ROBERT Non stopcovid.gouv.fr et bonjour.stopcovid.gouv.fr [145],[146]
Alertanoo suivi des contacts traçage de proximité bluetooth, ultrasons, Google Nearby Android, iOS collectif Amsamb' bêta publique (test) Inspiré du protocole ROBERT alertanoo.fr [147],[148]
CheckYourMask Vérification du port correcte du masque par selfie analyse faciale vision par ordinateur Android Université de Haute-Alsace, Normandie Univ., Univ. Lille Concept [149]
Drapeau de la Géorgie Géorgie Stop Covid recherche des contacts Android, iOS Ministère de la Santé en usage GPL PEPP-PT novid20.org [150],[151]
Drapeau de la Grèce Grèce DOCANDU Covid Checker Auto-diagnostique, information, consultation 24/24 - 7/7 Android, site web en usage https://www.docandu.com/en [152]
Drapeau du Ghana Ghana GH COVID-19 Tracker App Android, iOS: Ministère de la Communication et de la Technologie, Ministère de la Santé [82],[83]
Drapeau de Hong Kong Hong Kong Stay Home Safe suivi de la quarantaine inconnu Gouvernement de Hong Kong inconnue [153]
Drapeau de la Hongrie Hongrie VírusRadar Recherche des contacts [72]
Drapeau de l'Inde Inde Aarogya Setu (en) recherche des contacts Android, iOS Gouvernement de l'Inde / Centre national d'informatique aarogyasetu.in [154]
COVA Punjab recherche des contacts Android, iOS Gouvernement du Penjab
COVID-19 Feedback feedback Android Ministère de l’Électronique et de la Technologie de l'information / Ministère de la Santé et du Bien-être familial
COVID-19 Quarantine Monitor recherche des contacts, vérification de la quarantaine Android Gouvernement de Tamil Nadu / Pixxon AI Solutions
Corona Kavach information Android Ministère de l’Électronique et de la Technologie de l'information / Ministère de la Santé et du Bien-être familial retirée [155],[156]
GoK Direct information Android, iOS Gouvernement du Kerala / Qkopy (pour Android), MuseON Communications (pour iOS) Propriétaire [157],[158]
Mahakavach recherche des contacts Android Gouvernement du Maharashtra
Quarantine Watch recherche des contacts Android Gouvernement du Karnataka
Test Yourself Goa auto-diagnostique Android Gouvernement de Goa / Innovaccer [159]
Test Yourself Puducherry auto-diagnostique Android Gouvernement de Pondichéry / Innovaccer [159]
Drapeau de l'Islande Islande Rakning C-19 recherche des contacts Android, IOS Iceland's Department of Civil Protection and Emergency Management and Directorate of Health en usage depuis le 1er avril 2020 MIT License GPS https://www.covid.is/app/en [160],[161],[72]
Drapeau d’Israël Israël Hamagen (hébreu : המגן le bouclier) recherche des contacts Android, iOS Ministère de la Santé israélien en usage, code source non publié officiellement MIT License https://govextra.gov.il/ministry-of-health/hamagen-app/download-en/ [162],[163],[164],[165]
Drapeau de l'Italie Italie Immuni (it) suivi des contacts, auto-diagnostic Android, iOS Bending Spoons [166],[72]
SM-COVID-19 recherche des contacts Android, iOS SoftMining Propriétaire smcovid19.org [167]
Drapeau de la Malaisie Malaisie Gerak Malaysia recherche des contacts, contrôle frontalier Android, iOS Police royale, Ministère de la Santé en usage Propriétaire www.gerakmalaysia.gov.my [168], [169]
MySejahtera information Android, iOS Conseil de la sécurité nationale, Ministère de la Santé en usage Propriétaire mysejahtera.malaysia.gov.my/intro [168]
MyTrace recherche des contacts Android, iOS Ministère de la Science, des Technologies et de l'Information en usage Propriétaire Bluetooth [168], [169]
Drapeau de la Macédoine du Nord Macédoine du Nord StopKorona! recherche des contacts Android, iOS Ministry of Health (North Macedonia), Nextsense Propriétaire stop.koronavirus.gov.mk/en [86]
Drapeau du Maroc Maroc Wiqaytna
(وقايتنا "Notre prévention")
recherche des contacts Bluetooth Android, iOS Ministère de l'Intérieur, Ministère de la Santé En usage GNU GPLv3 BlueTrace Non www.wiqaytna.ma [170]
Drapeau de la Norvège Norvège Smittestopp recherche des contacts, route tracking Android, iOS Simula Research Laboratory / Institut norvégien de santé publique (FHI) en usage Propriétaire https://helsenorge.no/smittestopp [171],[72]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas PrivateTracer recherche des contacts Android, iOS Milvum, YES!Delft, Odyssey, Hague MIT Licence DP-3T privatetracer.org [72]
Drapeau de la Pologne Pologne ProteGO recherche des contacts Android, iOS développeurs : Jakub Lipinski, Karol Kostrzewa, Dariusz Aniszewski; support : Ministère des Affaires numériques de Plogne GNU GPLv3 + GNU AGPLv3 github.com/ProteGO-safe [172],[173],[174],[72]
Drapeau de la Tchéquie République tchèque eRouška recherche des contacts Android, iOS Ministère de la Santé de la République tchèque en usage MIT License spécifique erouska.cz [175],[176],[177],[178], [72]
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Covid Symptom Tracker auto-diagnostique Android, iOS King's College London, Guy's and St Thomas' Hospitals, Zoe Global Limited https://covid.joinzoe.com/ [179], [62]
NHS COVID-19 multifonctions Android, iOS NHS Digital www.nhs.uk [180],[181],[72]
Drapeau de la Russie Russie "Social Monitoring" recherche des contacts en cours de développement Infogorod / Gaskar [109],[182]
Contact Tracer recherche des contacts et alarme Android SoftTree https://contacttracer.ru [183]
Drapeau de Singapour Singapour TraceTogether recherche des contacts traçage de proximité bluetooth basse consommation Android, iOS Agence gouvernementale de Technologie en usage compatible avec les développements open source OpenTrace / BlueTrace BlueTrace Non https://www.tracetogether.gov.sg/ [184]
Drapeau du Sri Lanka Sri Lanka COVID Shield Auto-vérification de la santé, prise en charge de la quarantaine, surveillance automatisée de la santé respiratoire Android Commonwealth Centre for Digital Health fichier APK non disponible sur Google Play Propriétaire https://covid.iq.lk/covid-shield-app.php [185]
Drapeau de la Suisse Suisse SwissCovid suivi des contacts traçage de proximité bluetooth basse consommation Android, iOS Groupe de recherche international DP-3T, EPFL, EPFZ, Ubique, Administration fédérale en test[186] Open source DP-3T Oui https://www.bag.admin.ch/dam/bag/fr/dokumente/cc/kom/covid-19-faktenblatt-swiss-pt-app.pdf.download.pdf/OFSP_Fiche-d-information_coronavirus_Swiss-PT-App.pdf
Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam NCOVI rapports médicaux Android, iOS VNPT
Ministère de la Santé vietnamien
Propriétaire MINISTRY OF HEALTH VIETNAM [187]
Monde World Health Organization Covid-19 App information Android, iOS OMS en développement MIT Licence WorldHealthOrganization/app [188]
Monde Coalition App recherche des contacts Android, iOS, autres Coalition Network en usage GNU GPLv3 Whisper Tracing Protocol https://www.coalitionnetwork.org/ [189]

Critique

L'implication de Palantir dans l'application européenne[Laquelle ?] de traçage des contacts des personnes infectées par le coronavirus est critiquée[190].

Voir aussi

Liens externes

Traçage des données mobiles dans la lutte contre le Covid-19 - Analyse des potentiels et des limites - Référencement des méthodes et des exemples étrangers [à la France] - Note parlementaire - Mounir Mahjoubi - 44 pp. (6 avril 2020) [PDF]

Notes et références

  1. (en) Luca Ferretti, Chris Wymant, Michelle Kendall, Lele Zhao, Anel Nurtay, Lucie Abeler-Dörner, Michael Parker, David Bonsall et Christophe Fraser, « Quantifying SARS-CoV-2 transmission suggests epidemic control with digital contact tracing » [« La quantification de la transmission du SARS-CoV-2 suggère une lutte contre l'épidémie grâce à la recherche numérique des contacts »], Science,‎ (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 32234805, DOI 10.1126/science.abb6936, lire en ligne, consulté le 22 avril 2020)
  2. (en-GB) Oliver Holmes, « Israel to track mobile phones of suspected coronavirus cases » [« Israël surveillera les téléphones portables des cas suspects de coronavirus »], The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 26 avril 2020)
  3. (en) Jay Stanley et Jennifer Stisa Granick, « ACLU White Paper: The Limits of Location Tracking in an Epidemic » [« Livre blanc de l'ACLU: Les limites du suivi de localisation dans le cas d'une épidémie »], sur American Civil Liberties Union, (consulté le 26 avril 2020)
  4. (en) Spencer Ackerman, « It’s Probably Too Late to Use South Korea’s Trick for Tracking Coronavirus », The Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2020)
  5. Marion Garreau, « [Covid-19] Chine, Corée du Sud, Allemagne... Comment les applications de "tracking" se déploient dans le monde », Usine nouvelle,‎ (lire en ligne)
  6. Audrey Fisné, « Vu de l’étranger. StopCovid : les Français peu enclins à se faire suivre à la trace », Courrier international,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2020)
  7. (en) Mark Zastrow, « South Korea is reporting intimate details of COVID-19 cases: has it helped? » [« La Corée du Sud enregistre des détails personnels sur les cas de COVID-19 : cela a-t-il aidé? »], Nature,‎ (DOI 10.1038/d41586-020-00740-y, lire en ligne, consulté le 26 avril 2020)
  8. (en) James Bell, David Butler, Chris Hicks et Jon Crowcroft, « TraceSecure: Towards Privacy Preserving Contact Tracing » [« TraceSecure: vers la préservation de la vie privée »], arXiv:2004.04059 [cs],‎ (lire en ligne, consulté le 26 avril 2020)
  9. (en) Altuwaiyan, Hadian et Liang, « EPIC: Efficient Privacy-Preserving Contact Tracing for Infection Detection » [« EPIC (Efficient Privacy-Preserving Contact ) : traçage efficace des contacts préservant la confidentialité pour la détection des infections »], 2018 IEEE International Conference on Communications (ICC), Kansas City, MO, IEEE,‎ , p. 1–6 (ISBN 978-1-5386-3180-5, DOI 10.1109/ICC.2018.8422886, lire en ligne)
  10. (en) Rui Zhang, Jinxue Zhang, Yanchao Zhang et Jinyuan Sun, « Privacy-Preserving Profile Matching for Proximity-Based Mobile Social Networking » [« Correspondance de profils préservant la confidentialité pour la constitution de réseaux sociaux mobiles basés sur la proximité »], IEEE Journal on Selected Areas in Communications, vol. 31, no 9,‎ , p. 656–668 (ISSN 0733-8716, DOI 10.1109/JSAC.2013.SUP.0513057, lire en ligne)
  11. Le Figaro 8 avril 2020
  12. (en) « Pan-European Privacy-Preserving Proximity Tracing », sur Pepp Pt (consulté le 26 avril 2020)
  13. (en) Janosch Delcker et Stephen Brown, « Europe shares code for new coronavirus warning app » [« L'Europe partage le code d'une nouvelle application d'avertissement du coronavirus »], sur POLITICO, (consulté le 26 avril 2020)
  14. (en) Rob Schmitz, « In Germany, High Hopes For New COVID-19 Contact Tracing App That Protects Privacy » [« En Allemagne, de grands espoirs pour la nouvelle application de suivi des contacts COVID-19 qui protège la confidentialité »], sur NPR.org (consulté le 26 avril 2020)
  15. a et b (en-US) « An EU coalition of techies is backing a ‘privacy-preserving’ standard for COVID-19 contacts tracing », sur TechCrunch (consulté le 26 avril 2020)
  16. (en) « DP-3T/documents », sur GitHub (consulté le 26 avril 2020)
  17. (en) « Swiss pull out of European contact tracing App project », sur SWI swissinfo.ch, (consulté le 26 avril 2020)
  18. (en) David Meyer, « Controversy around privacy splits Europe's push to build COVID-19 contact-tracing apps » [« La controverse sur la vie privée divise les efforts de l'Europe pour créer des applications de suivi des contacts COVID-19 »], sur Fortune, (consulté le 26 avril 2020)
  19. (es) « El alemán al que acusan de engañar a media Europa con 'apps' contra el coronavirus » [« L'Allemand accusé d'avoir trompé la moitié de l'Europe avec des «applications» contre le coronavirus »], sur El Confidencial, (consulté le 26 avril 2020)
  20. (en) Douglas Busvine, « Rift opens over European coronavirus contact tracing apps », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 26 avril 2020)
  21. Caroline Turzer, « Corona-App: Bundesregierung favorisiert dezentralen Ansatz », DIE WELT,‎ (lire en ligne, consulté le 27 avril 2020)
  22. (de) tagesschau.de, « Corona-Tracing: Bundesregierung denkt bei App um », sur tagesschau.de (consulté le 27 avril 2020)
  23. Lomas, « EU privacy experts push a decentralized approach to COVID-19 contacts tracing » [archive du ], TechCrunch, (consulté le 11 avril 2020)
  24. (en) Carmela Troncoso, Mathias Payer, Jean-Pierre Hubaux, Marcel Salathé et al., Decentralized Privacy-Preserving Proximity Tracing [« Traçage de proximité décentralisé préservant la confidentialité »], , 33 p. (lire en ligne)
  25. (en) Andy Greenberg, « Is Apple and Google's Covid-19 Contact Tracing a Privacy Risk? : Apple and Google's Bluetooth-based system isn't perfect. But many of the biggest concerns have solutions. » [« La recherche de contacts Covid-19 d'Apple et Google présente-elle un risque de confidentialité ? »], Wired,‎ (ISSN 1059-1028, lire en ligne, consulté le 1er mai 2020)
  26. (en) « TCN Coalition · A Global Coalition for Privacy-First Digital Contact Tracing Protocols to Fight COVID-19 » [« TCN Coalition · Une coalition mondiale pour les protocoles de recherche de contacts numériques combattant le COVID-19 en protégant de la vie privée »], sur tcn-coalition.org (consulté le 1er mai 2020)
  27. a et b (en) David Z. Morris, « Researchers working on 'contact tracing' say they welcome Apple and Google's help » [« Des chercheurs travaillant sur le suivi des contacts disent apprécier l'aide d'Apple et de Google »], sur Fortune, (consulté le 1er mai 2020)
  28. (en) « Private Kit: Safe Paths; Privacy-by-Design Covid19 Solutions using GPS+Bluetooth for Citizens and Public Health Officials », sur safepaths.mit.edu (consulté le 1er mai 2020)
  29. (en) Lisa Eadicicco, « Apple and Google are working together on an ambitious plan to alert people who have come in contact with coronavirus patients — here's how it will work » [« Apple et Google travaillent ensemble sur un plan ambitieux pour alerter les personnes qui sont entrées en contact avec des patients atteints de coronavirus - voici comment cela fonctionnera »], sur Business Insider France, (consulté le 1er mai 2020)
  30. (en) Hariz Baharudin, « Coronavirus: S'pore contact tracing app now open-sourced, 1 in 5 here have downloaded » [« Coronavirus: l'application singapourienne de suivi des contacts est désormais open source, une personne sur 5 l'a téléchargé »], sur The Straits Times, (consulté le 1er mai 2020)
  31. (en) « Privacy-Preserving Contact Tracing », sur apple.com, (consulté le 4 juin 2020)
  32. (en) « Exposure Notification API launches to support public health agencies », sur Google, (consulté le 4 juin 2020)
  33. « ExposureNotification | Apple Developer Documentation », sur developer.apple.com (consulté le 4 juin 2020)
  34. (en-US) Matthew Panzarino, « Apple and Google are launching a joint COVID-19 tracing tool for iOS and Android » [« Apple et Google lancent un outil de traçage COVID-19 commun pour iOS et Android »], sur TechCrunch, (consulté le 1er mai 2020)
  35. (en) Ian Sherr, Richard Nieva et Stephen Shankland, « Apple and Google building coronavirus tracking tech for iOS and Android, coming in May » [« Apple et Google construisent une technologie de suivi des coronavirus pour iOS et Android pour le mois de mai »], sur CNET, (consulté le 1er mai 2020)
  36. Rodolphe Koller, « Traçage des contacts: Apple et Google entrent dans la danse », Ictjournal.ch,‎ (lire en ligne)
  37. (en) « Privacy-Preserving Contact Tracing » [« Suivi des contacts préservant la confidentialité »], Apple, (consulté le 1er mai 2020)
  38. (en) Apple et Google, Contact Tracing : Bluetooth Specification [« Suivi des contacts - Spécification Bluetooth »], (lire en ligne [PDF])
  39. (en) « Apple and Google partner on COVID-19 contact tracing technology » [« Apple et Google s'associent sur la technologie de suivi des contacts COVID-19 »], sur Google, (consulté le 1er mai 2020)
  40. (en-US) « Apple and Google partner on COVID-19 contact tracing technology » [« Apple et Google s'associent sur la technologie de suivi des contacts COVID-19 »], sur Apple Newsroom, (consulté le 1er mai 2020).
  41. (en) Jennifer Granick (ACLU surveillance and cybersecurity counsel), « ACLU Comment on Apple/Google COVID-19 Contact Tracing Effort » [« Les commentaires de l'ACLU sur l'effort de recherche de contacts COVID-19 d'Apple et Google »], sur American Civil Liberties Union (consulté le 1er mai 2020).
  42. « Apple prié d'ouvrir ses iPhone aux applications de traçage numérique », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2020)
  43. a et b Yannick Chavanne, « L’Allemagne, l’Autriche et l’Estonie misent sur le concept de traçage des EPF », sur www.ictjournal.ch, (consulté le 29 mai 2020).
  44. (en) « Coronavirus : L'Allemagne change d'avis sur le traçage numérique », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2020).
  45. Reuters (trad. Stan Adkens), « Apple et Google interdisent l'utilisation de la localisation dans les applications de traçage Covid-19, affirmant que le respect de la vie privée des citoyens était un objectif prioritaire », sur Developpez.com (consulté le 29 mai 2020).
  46. (en) « Apple, Google ban use of location tracking in contact tracing apps », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2020).
  47. Agence France Presse, « Google et Apple mettent leur outil de traçage à la disposition des États », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 29 mai 2020)
  48. (en) « Ensuring the Credibility of Health & Safety Information - News - Apple Developer », sur developer.apple.com (consulté le 11 octobre 2020)
  49. « Requirements for coronavirus disease 2019 (COVID-19) apps - Play Console Help », sur support.google.com (consulté le 11 octobre 2020)
  50. (en-US) Ross Anderson, « Contact Tracing in the Real World » [« Suivi des contacts dans le monde réel »], sur Light Blue Touchpaper, (consulté le 25 avril 2020)
  51. (en-GB) Leo Kelion, « NHS coronavirus app to target 80% of smartphones » [« L'application coronavirus du NHS ciblera 80% des smartphones »], BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 25 avril 2020)
  52. (en) Chris Stokel-Walker, « Can mobile contact-tracing apps help lift lockdown? » [« Les applications mobiles de recherche des contacts peuvent-elles aider à sortir du confinement ? »], sur www.bbc.com, (consulté le 25 avril 2020)
  53. (en) Casey Newton, « Apple and Google have a clever way of encouraging people to install contact-tracing apps for COVID-19 » [« Apple et Google ont un moyen intelligent d'encourager les gens à installer des applications de recherche de contacts pour COVID-19 »], sur The Verge, (consulté le 25 avril 2020)
  54. Julien Cadot, « Google et Apple détaillent leur outil de contact tracing, toujours incompatible avec StopCovid », sur Numerama, (consulté le 25 avril 2020)
  55. « Le recours aux technologies de surveillance numérique pour combattre la pandémie doit se faire dans le respect des droits humains », sur Amnesty International Suisse, (consulté le 30 mai 2020)
  56. (de) « 10 Prüfsteine für die Beurteilung von "Contact Tracing"-Apps » [archive du ], Chaos Computer Club (CCC), (consulté le 11 avril 2020)
  57. (de) « Corona-App in Deutschland - Anonymität und Quellenschutz gewährleisten » [« Application Corona en Allemagne - garantir l'anonymat et la protection des sources »] [archive du ], Reporter ohne Grenzen, (consulté le 11 avril 2020)
  58. (en-US) « Contact Tracing Joint Statement » [« Déclaration conjointe de recherche des contacts »] (consulté le 25 avril 2020)
  59. (en-GB) Alex Hern, « Digital contact tracing will fail unless privacy is respected, experts warn » [« Le suivi des contacts numériques échouera à moins que la confidentialité ne soit respectée, avertissent les experts »], The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 25 avril 2020)
  60. Antonio Casilli, Paul-Olivier Dehaye et Jean-Baptiste Soufron, « « StopCovid est un projet désastreux piloté par des apprentis sorciers » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  61. (en) Newton, « Apple and Google have a clever way of encouraging people to install contact-tracing apps for COVID-19 », The Verge, (consulté le 15 avril 2020).
  62. a b et c Jean-Baptiste A., « Des dizaines d’applications comme StopCovid ont des failles de sécurité », sur KultureGeek.fr, (consulté le 9 mai 2020)
  63. AFP, « Traçage de la COVID-19: aucune application dans le monde n’est complètement sécurisée », sur Le Journal de Montréal (consulté le 11 octobre 2020)
  64. « Failles de sécurité dans «toutes les applications» de suivi de la COVID-19 » (consulté le 11 octobre 2020)
  65. « Applications mobiles COVID : niveaux de sécurité et de confidentialité », sur Pradeo (consulté le 11 octobre 2020)
  66. Roxane Suau, « Analyse de sécurité de l’application StopCovid », sur blog.pradeo.com (consulté le 11 octobre 2020)
  67. « Coronavirus : des primes pour détecter les failles de l'application StopCovid », sur RTL.fr (consulté le 11 octobre 2020)
  68. (en) Grant Goodes-Chief Scientist, « REPORT: The Proliferation of COVID-19 Contact Tracing Apps Exposes Significant Security Risks », sur Guardsquare, (consulté le 11 octobre 2020)
  69. « Applications de contact-tracing : une sécurité prise à la légère », sur Techniques de l'Ingénieur (consulté le 11 octobre 2020)
  70. « Qatar : Une faille dans l’application de traçage contre le Covid-19 a exposé les données de plus d’un million d’utilisateurs », sur Amnesty France (consulté le 11 octobre 2020)
  71. (en-US) « How does Canada’s coronavirus tracing app work? », sur Global News (consulté le 11 octobre 2020)
  72. a b c d e f g h i et j Julien Lausson, « L'Europe plaide pour l'interopérabilité des « StopCovid » nationaux, ce que proposent Apple et Google », sur Numerama, (consulté le 16 mai 2020)
  73. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « COVID-19 : lancement retardé de l'application de traçage fédérale | Coronavirus : Ontario », sur Radio-Canada.ca (consulté le 29 septembre 2020)
  74. Santé Canada, « Téléchargez Alerte COVID : l'application gratuite de notification d'exposition du Canada », sur aem, (consulté le 29 septembre 2020)
  75. Zone Santé- ICI.Radio-Canada.ca, « Efficace l’application Alerte COVID? », sur Radio-Canada.ca (consulté le 29 septembre 2020)
  76. « Application de traçage : Québec donne finalement le feu vert », sur La Presse, (consulté le 29 septembre 2020)
  77. « COVID-19 | À votre appli, citoyens ! », sur La Presse, (consulté le 6 octobre 2020)
  78. a et b (en) Ivan Mehta, « China's coronavirus detection app is reportedly sharing citizen data with police » [« L'application chinoise de détection des coronavirus partagerait des données sur les citoyens avec la police »], sur The Next Web, (consulté le 3 mai 2020)
  79. (es) « Coronapp », sur coronaviruscolombia.gov.co (consulté le 22 avril 2020)
  80. (es) Stéphane Labarthe et Andrés Velásquez, « CoronApp, Medellín me Cuida y CaliValle Corona al laboratorio -O cómo se hackea CoronApp sin siquiera intentarlo- : Fundación Karisma », sur web.karisma.org.co, (consulté le 22 avril 2020)
  81. (es) Sandra Defelipe Díaz, « Nuevas disposiciones para garantizar un mínimo de conectividad y acceso a recursos • Impacto TIC » [« De nouvelles dispositions pour assurer une connectivité minimale et l'accès aux ressources »], sur Impacto TIC, (consulté le 22 avril 2020)
  82. a et b (en) « Bawumia launches GH COVID-19 Tracker App », sur www.ghanaweb.com (consulté le 23 avril 2020)
  83. a et b (en) « Coronavirus: Ghana govment COVID-19 tracker mobile app be solid tech intervention or needless app? », BBC News Pidgin,‎ (lire en ligne, consulté le 23 avril 2020)
  84. « Application Hamagen - Ministère de la Santé », sur hamagen (consulté le 25 avril 2020)
  85. « Sécurité et confidentialité des informations », sur hamagen (consulté le 25 avril 2020)
  86. a et b (mk) « StopKorona! – следење на изложеноста и заштита од COVID-19 » [« StopKorona! - surveillance de l'exposition et protection contre le COVID-19 »], sur stop.koronavirus.gov.mk (consulté le 23 avril 2020)
  87. (en-US) Bojan Stojkovski, « North Macedonia Leads Region in COVID-19 Tracing App » [« La Macédoine du Nord en tête de la région pour les applications de traçage de la COVID-19 »], sur Balkan Insight, Skopje, (consulté le 23 avril 2020)
  88. (en) « StopKorona », www.nextsense.com (consulté le 21 avril 2020)
  89. (de) « Coronavirus: Norwegen veröffentlicht die App Smittestopp, um Infektionen aufzuspüren » [« Coronavirus: la Norvège publie l'application Smittestopp pour détecter les infections »], sur watson.ch (consulté le 23 avril 2020)
  90. (cs) « V Česku se spouští aplikace eRouška. Staví na ochraně soukromí a upozorní, pokud jste přišli do kontaktu s nakaženým - CzechCrunch » [« L'application eRouška est lancée en République tchèque. Elle s'appuie sur la confidentialité et vous avertit si vous entrez en contact avec une personne infectée »], Czechcrunch.cz (consulté le 13 avril 2020)
  91. (en) Kharpal, « Use of surveillance to fight coronavirus raises concerns about government power after pandemic ends », CNBC, (consulté le 1er avril 2020)
  92. a et b (en) Aaron Tan, « Singapore government to open source contact-tracing protocol », sur ComputerWeekly.com, Computer Weekly, (consulté le 22 avril 2020)
  93. opentrace-community/opentrace-android, OpenTrace, (lire en ligne)
  94. « Test de SwissCovid possible sur tous les smartphones Android », sur swissinfo.com, Swissinfo, (consulté le 29 mai 2020)
  95. Agence Télégraphique Suisse, « Coronavirus: l’application SwissCovid testée par le grand public », Arcinfo.ch,‎ (lire en ligne)
  96. Office fédéral de la santé publique, « L’application SwissCovid en phase de test », sur bag.admin.ch, (consulté le 29 mai 2020)
  97. « Une "app" au centre de la guerre contre le Covid-19 », Le Matin,‎ (lire en ligne)
  98. « Traque du virus: Apple et Google imitent l’EPFL », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 29 mai 2020)
  99. « L’EPFL se distancie du projet européen de traçage du virus via les téléphones », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 29 mai 2020)
  100. « StopCovid : tout savoir sur l’app de traçage numérique du gouvernement », sur www.lesnumeriques.com, Les Numériques, (consulté le 29 mai 2020)
  101. (en) Colm Gorey, « HSE announces coronavirus contact-tracing app, but privacy concerns remain » [« Le HSE annonce une application de suivi des contacts pour le coronavirus, mais des problèmes de confidentialité subsistent »], sur Silicon Republic, (consulté le 23 avril 2020)
  102. « Coronavirus: L'Allemagne change d'avis sur le traçage numérique », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juin 2020)
  103. a et b (en) Deutsche Telekom AG et SAP SE, « GitHub - corona-warn-app/cwa-documentation: Project overview, general documentation, and white papers. », sur GitHub.com, (consulté le 5 juin 2020)
  104. (en) Asha Barbaschow, « Australia looks to 'go harder' with use of COVID-19 contact tracing app » [« L'Australie envisage d'« aller plus loin » avec l'utilisation de l'application de suivi des contacts COVID-19 »], sur ZDNet, (consulté le 25 avril 2020)
  105. a et b (de) « Stopp Corona-App: Weiterentwicklung mit Hilfe der Zivilgesellschaft » [« Application Stopp Corona : poursuite du développement avec l'aide de la société civile »], sur OTS.at (consulté le 25 avril 2020)
  106. (en-US) « Exclusif: L’appli de traçage marocaine conçue par «réflexe sécuritaire» », sur Le Desk, (consulté le 3 mai 2020)
  107. (en-GB) Leo Kelion (Technology desk editor), « UK considers virus-tracing app to ease lockdown » [« Le Royaume-Uni envisage une application de détection du virus pour réduire le confinement »], BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 23 avril 2020)
  108. (en-GB) Rowena Mason (deputy political editor), « UK app to track coronavirus spread to be launched » [« Une application britannique pour suivre la propagation du coronavirus sera bientôt lancée »], The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 23 avril 2020)
  109. a et b (en-GB) Leo Kelion, « Moscow coronavirus app raises privacy concerns » [« Coronavirus: Moscou lance une application de suivi des patients »], BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 25 avril 2020)
  110. (en-US) Sam Schechner et Rolfe Winkler, « Here’s How Apple and Google Plan to Track the Coronavirus Through Your Phone » [« Voici comment Apple et Google prévoient de suivre le coronavirus via votre téléphone »], Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le 2 mai 2020)
  111. (en-US) Natasha Lomas, « Call for common EU approach to apps and data to fight COVID-19 and protect citizens’ rights » [« Appel à une approche européenne commune des applications et des données pour lutter contre le COVID-19 et protéger les droits des citoyens »], sur TechCrunch, (consulté le 2 mai 2020)
  112. Louis Adam, « L’Inria dégaine ROBERT, son protocole pour le contact tracing », sur ZDNet France, (consulté le 2 mai 2020)
  113. (en) Tshepiso Moche, « COVID Tech Part I: Government, UCT partner for tracing app », sur www.sabcnews.com, SABC News, (consulté le 18 mai 2020)
  114. (en) « Track infections not people » [« Suivre les infections et non les personnes »] (consulté le 14 avril 2020)
  115. Elsa Trujillo, « Coronavirus: en Allemagne, le « tracking » passera par les montres et bracelets connectés », sur BFMTV, (consulté le 8 mai 2020)
  116. (en-US) « COVID-19: Student creates self-diagnosis application », Angop, (consulté le 22 avril 2020)
  117. (pt) « Angolano lança aplicação para alertar sobre sintomas da Covid-19 », VOA Português, (consulté le 22 avril 2020)
  118. (pt) « Estudante de Ciências da Computação cria aplicativo de autodiagnóstico da covid-19 », PlatinaLine, (consulté le 2 mai 2020)
  119. (pt) Guilherme Massala, « COVID-19: Lançado aplicativo que permite fazer auto-diagnóstico em Angola », sur Menos Fios, (consulté le 2 mai 2020)
  120. (en) « "Tawakkalna".. a new app in Saudi Arabia to manage movement permits » [« "Tawakkalna" .. une nouvelle application en Arabie Saoudite pour gérer les autorisations de déplacement »], sur Saudigazette, (consulté le 3 mai 2020)
  121. (en) « Federal Government launches Coronavirus Australia app and WhatsApp feature », sur www.abc.net.au, ABC News, (consulté le 2 mai 2020)
  122. « Govt to release source code of forthcoming 'COVID trace' app », iTnews (consulté le 21 avril 2020)
  123. (en) Bogle, « Five questions we need answered about the government's coronavirus contact tracing app », ABC News, (consulté le 21 avril 2020)
  124. (en) « Covid-19: Thousands download coronavirus tracking app in Austria | The Star Online », sur www.thestar.com.my, (consulté le 2 mai 2020)
  125. « FAQ - L'app Coronalert fonctionne-t-elle également à l'étranger ? », sur Coronalert (consulté le 30 septembre 2020)
  126. (nl) « CoronAlert bundelt lokale en regionale coronamaatregelen » (consulté le 30 septembre 2020)
  127. (en-US) Paul Mozur, Raymond Zhong et Aaron Krolik, « In Coronavirus Fight, China Gives Citizens a Color Code, With Red Flags » [« Dans la lutte contre les coronavirus, la Chine donne aux citoyens un code couleur, avec des drapeaux rouges »], The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 3 mai 2020)
  128. (en-GB) Helen Davidson, « China's coronavirus health code apps raise concerns over privacy » [« Le code des applications chinoises de santé pour le coronavirus soulèvent des inquiétudes au sujet de la confidentialité »], The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 3 mai 2020)
  129. (zh) « 见过凌晨四点的杭州,只为早日"无码"——"健康码"背后的复工记 », baijiahao.baidu.com (consulté le 14 avril 2020)
  130. (en-GB) Alexis Dudden et Andrew Marks, « South Korea took rapid, intrusive measures against Covid-19 – and they worked » [« La Corée du Sud prend des mesures rapides et intrusives contre Covid-19 et elles fonctionnent »], The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 3 mai 2020)
  131. (en) Ivan Watson et Sophie Jeong, « Coronavirus mobile apps are surging in popularity in South Korea » [« Les applications mobiles Coronavirus gagnent en popularité en Corée du Sud »], sur CNN, (consulté le 3 mai 2020)
  132. (en) « Self-Diagnosis - Ministry of Health and Welfare » [« Autodiagnostic - Ministère de la Santé et du Bien-être social »], sur Google Play, Play.google.com, (consulté le 3 mai 2020)
  133. (en) « Stricter containment steps necessary for U.S. arrivals: experts » [« Des mesures de confinement plus strictes appliquées pour les passagers venant des États-Unis: des experts »], Yonhap News Agency (consulté le 21 avril 2020)
  134. (ko) « 자가격리자 안전보호 », sur Google Play,‎ (consulté le 3 mai 2020)
  135. (en) « Full text of President Moon Jae-in's remarks at G-20 summit », Yonhap News Agency (consulté le 21 avril 2020)
  136. (en-US) « CDC Statement on COVID-19 Apple App » [« Déclaration du CDC sur l'application Apple COVID-19 »], sur Centers for Disease Control and Prevention, (consulté le 3 mai 2020)
  137. (en-US) Lisa Stiffler, « UW and Microsoft release contact-tracing app, aiming to battle COVID-19 while preserving privacy » [« L'université de Washington et Microsoft lancent une application de recherche de contacts, visant à combattre COVID-19 tout en préservant la confidentialité »], sur GeekWire, (consulté le 3 mai 2020)
  138. (en) Avery Hartmans, « Pinterest's CEO launched a free iPhone and Android app for self-reporting your symptoms to help experts track the spread of the coronavirus » [« Le PDG de Pinterest a lancé une application gratuite pour iPhone et Android pour signaler automatiquement vos symptômes afin d'aider les experts à suivre la propagation du coronavirus »], sur Business Insider France, (consulté le 3 mai 2020)
  139. (en) « Private Kit: Safe Paths; Privacy-by-Design Contact Tracing using GPS+Bluetooth safepaths », Safepaths.mit.edu, (consulté le 3 mai 2020)
  140. (en) « Covid Watch », www.covid-watch.org (consulté le 3 mai 2020)
  141. (en) CoEpi, « CoEpi: Community Epidemiology in Action » [« CoEpi: l'épidémiologie communautaire en action »], sur CoEpi (consulté le 3 mai 2020)
  142. (en) Emily Payne, « CMU Professor Creates Innovative App to Anonymously Trace Exposure to COVID-19 » [« Un professeur de l'université Carnegie-Mellon crée une application innovante pour retracer de manière anonyme l'exposition à la COVID-19 »], sur www.cmu.edu, (consulté le 18 mai 2020)
  143. (fi) « Vaasan keskussairaala pilotoi koronalle altistuneiden tunnistamisessa auttavaa Ketju-sovellusta », sur Sitra (consulté le 3 mai 2020)
  144. (fi) Elina Kervinen, « Koronaviruksen jäljittämiseen tarkoitetun sovelluksen pilotti alkaa Vaasassa », Helsingin Sanomat, (consulté le 3 mai 2020)
  145. Martin Untersinger, Chloé Hecketsweiler, François Béguin et Olivier Faye, « L’application StopCovid retracera l’historique des relations sociales » : les pistes du gouvernement pour le traçage numérique des malades », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2020)
  146. Elsa Bembaron, « Mobilisation générale pour développer l’application StopCovid », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 27 avril 2020)
  147. Sophie Bécherel, « Covid-19 : la Réunion, premier département à bénéficier d’une application d’alerte », sur www.franceinter.fr, (consulté le 8 mai 2020)
  148. « La Réunion lance sa propre appli de traçage… sans attendre StopCovid », sur www.lesechos.fr Les Echos, (consulté le 8 mai 2020)
  149. « Validating the Correct Wearing of Protection Mask by Taking a Selfie: Design of a Mobile Application “CheckYourMask” to Limit the Spread of COVID-19 », sur www.techscience.com (consulté le 25 août 2020)
  150. (en) « Innovative STOP COVID App Created at Healthcare Ministry's Initiative », sur stopcov.gov.ge (consulté le 18 mai 2020)
  151. (en) « The private way of tracing contacts » (consulté le 18 mai 2020)
  152. (el) « Μια ακόμα καινοτόμα υπηρεσία που αξιολογεί τις πιθανότητες μόλυνσης από τον κορωνοϊό , θέτει στη διάθεση των πολιτών η Περιφέρεια Αττικής και ο Ιατρικός Σύλλογος Αθηνών » [« La région de l'Attique et l'Association médicale d'Athènes mettent à la disposition du public un autre service innovant qui évalue les risques d'infection par le coronavirus. »], sur Ιατρικός Σύλλογος Αθηνών (consulté le 18 mai 2020)
  153. (en) « StayHomeSafe Mobile App User Guide », Hong Kong Government Coronavirus Site (consulté le 3 mai 2020)
  154. (en) Abhik Sengupta, « Government Launches Aarogya Setu COVID-19 Tracker App on Android, iOS » [« Le gouvernement lance l'application de suivi Aarogya Setu COVID-19 sur Android et iOS »], sur NDTV Gadgets 360, (consulté le 3 mai 2020)
  155. (en) Abhik Sengupta, « Government Launches Coronavirus-Tracker Apps: The List So Far » [« Le gouvernement lance des applications de suivi des coronavirus: la liste à ce jour »], NDTV Gadgets 360, (consulté le 3 mai 2020)
  156. (en-US) Saurabh Singh, « Govt discontinues Corona Kavach, Aarogya Setu is now India’s go-to COVID-19 tracking app » [« Le gouvernement abandonne Corona Kavach, Aarogya Setu est désormais l'application de suivi COVID-19 de l'Inde »], The Financial Express, (consulté le 13 avril 2020)
  157. (en) « Kerala govt launches mobile app for details of COVID-19 » [« Le gouvernement du Kerala lance une application mobile pour plus de détails sur COVID-19 »], sur Mathrubhumi (consulté le 3 mai 2020)
  158. (en) Remya Lakshmanan, « Kerala – A step ahead in fighting COVID-19 », sur www.investindia.gov.in, (consulté le 3 mai 2020)
  159. a et b (en) Lidhoo Prerna, « Goa and Puducherry to use Innovaccer’s app for Covid-19 screening » [« Goa et Pondichéry utiliseront l'application Innovaccer pour le dépistage de Covid-19 »], sur www.fortuneindia.com, (consulté le 3 mai 2020)
  160. (en-US) Jelena Ćirić, « Icelanders Can Download App to Help With Coronavirus Contact Tracing » [« Les Islandais peuvent télécharger l'application pour aider à la recherche de contacts du coronavirus »], sur Iceland Review, (consulté le 3 mai 2020)
  161. (en-US) Bill Toulas, « Iceland Has Open-Sourced Its Coronavirus Tracking App » [« L'Islande déploie son application de recherche des contacts du coronavirus »], sur TechNadu, (consulté le 3 mai 2020)
  162. (en) « The Ministry of Health launches "HAMAGEN" - an App to Prevent the Spread of Coronavirus », GOV.IL (consulté le 2 avril 2020)
  163. (en) « How Israeli apps are helping check corona - Beating Covid-19, with apps » [« Comment les applications israéliennes aident à battre le Covid-19, avec des applications »], sur The Economic Times, (consulté le 3 mai 2020)
  164. (en-US) Stuart Winer, « Health Ministry launches phone app to help prevent spread of coronavirus » [« Le ministère de la Santé lance une application pour aider à combattre la propagation du coronavirus »], sur www.timesofisrael.com, (consulté le 3 mai 2020)
  165. (en-US) Graham Cluley, « The Shield: the open source Israeli Government app which warns of Coronavirus exposure » [« Le bouclier: l'application open source du gouvernement israélien qui met en garde contre l'exposition au coronavirus »], sur Graham Cluley, (consulté le 3 mai 2020)
  166. (it) Ministero della Salute, « Contact tracing: Arcuri firma ordinanza per app italiana » [« Recherche de contacts: Arcuri signe une ordonnance pour une application italienne »], sur www.salute.gov.it, (consulté le 3 mai 2020)
  167. (it) Marco Mensurati et Fabio Tonacci, « Coronavirus, le polemiche su Immuni lanciano la app concorrente: boom di download per Sm-Covid-19 » [« Coronavirus, la controverse au sujet du lancement par Immuni d'une application concurrente: boom de téléchargement pour Sm-Covid-19 »], sur la Repubblica, (consulté le 3 mai 2020)
  168. a b et c (en) John Bunyan, « Gerak Malaysia, MySejahtera, MyTrace: Apps to get you through the MCO | Malay Mail », sur www.malaymail.com (consulté le 18 mai 2020)
  169. a et b (en-GB) Nic Ker, « MyTrace: Does Malaysia's contact tracing app track your location? », sur SoyaCincau.com, (consulté le 18 mai 2020)
  170. (en) « Morocco Launches COVID-19 Tracking Application ‘Wiqaytna’ » (consulté le 2 juin 2020)
  171. (no) « Appen Smittestopp skal bli trygg i bruk » [« L'application Smittestopp doit être sûre à utiliser »], sur Folkehelseinstituttet, (consulté le 3 mai 2020)
  172. (pl) « Życie po kwarantannie – przetestuj ProteGO » [« La vie après la quarantaine - testez ProteGO »] [archive du ], (consulté le 15 avril 2020)
  173. (en) « ProteGO-app/specs/LICENSE » [archive du ], sur GitHub, (consulté le 3 mai 2020)
  174. (en) « ProteGO-app/backend/LICENSE » [archive du ], GitHub, sur GitHub, (consulté le 3 mai 2020)
  175. (cs) « eRouška - Chráním sebe, chráním tebe », Erouska.cz (consulté le 13 avril 2020)
  176. (cs) Ondřej Holzman, « V Česku se spouští aplikace eRouška. Staví na ochraně soukromí a upozorní, pokud jste přišli do kontaktu s nakaženým », sur CzechCrunch, (consulté le 3 mai 2020)
  177. (cs) « erouska-ios/LICENSE » [archive du ], sur GitHub, (consulté le 15 avril 2020)
  178. (cs) « erouska-android/LICENSE » [archive du ], sur GitHub, (consulté le 15 avril 2020)
  179. (en-GB) Katie O'Malley, « 16 Apps Everyone Should Have On Their Phone During Coronavirus » [« 16 applications que tout le monde devrait avoir sur son téléphone pendant le coronavirus »], sur ELLE, (consulté le 3 mai 2020)
  180. (en) Maggie Tillman, « How the NHSX coronavirus contact tracing app will work » [« Fonctionnement de l'application de recherche des contacts du coronavirus NHSX »], sur Pocket-lint, (consulté le 3 mai 2020)
  181. (en-GB) Tillman, « How the NHS coronavirus contact-tracing app will work », Pocket-lint, (consulté le 14 avril 2020)
  182. (en) « COVID-19 patients tracking smartphone app enters testing in Moscow » [« L'application smartphone de surveillance des patients de la COVID-19 débute les tests à Moscou »], sur TASS, (consulté le 3 mai 2020)
  183. (ru) « В России создали мобильное приложение, определяющее угрозу заражения коронавирусом » [« La Russie crée une application mobile contre la menace d'infection par le coronavirus »], sur TASS (consulté le 3 mai 2020)
  184. (en) Dean Koh, « Singapore government launches new app for contact tracing to combat spread of COVID-19 » [« Le gouvernement de Singapour lance une nouvelle application de recherche des contacts pour lutter contre la propagation de la COVID-19 »], sur MobiHealthNews, (consulté le 3 mai 2020)
  185. (en) « COVID Shield Webinar », (consulté le 2 mai 2020)
  186. Office fédéral de la santé publique, « Application SwissCovid : test public de sécurité », sur www.bag.admin.ch, (consulté le 29 mai 2020)
  187. (vi) « Gần 400.000 bản khai y tế tự nguyện trên ứng dụng NCOVI », Báo Chính phủ, (consulté le 19 mars 2020)
  188. Eliza Strickland, « An Official WHO Coronavirus App Will Be a “Waze for COVID-19” » [« Une application officielle de l'OMS sur les coronavirus sera le « Waze de la COVID-19 » »], sur IEEE Spectrum, (consulté le 25 avril 2020)
  189. (en-US) Carolyn Said, « Latest weapon in tracing and tracking coronavirus infections: your smartphone » [« Dernière arme dans le traçage et le suivi des infections à coronavirus: votre smartphone »], sur SFChronicle.com, San Francisco Chronicle, (consulté le 18 mai 2020)
  190. Samuel Stolton, « La Commission européenne sommée de s’expliquer sur ses liens avec Palantir », sur Euractiv.fr, (consulté le 29 juillet 2020).
What is wikifr.info Wiki est la principale source d'information sur Internet. Il est ouvert à tout utilisateur. Un wiki est une bibliothèque publique et multilingue.

La base de cette page est sur Wikipedia. Texte disponible sous CC BY-SA 3.0 Unported License.

Wikipedia® est une marque déposée de Wikimedia Foundation, Inc., une organisation à but non lucratif. wikifr.info est une société indépendante et non affiliée à la Wikimedia Foundation.

E-mail: ivanovalik@yahoo.com